AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'hésitez pas à jeter un œil aux scénarios des membres heart
Nous sommes actuellement en novembre 2057 sur le forum heart
La MAJ 6 du forum est arrivée, rendez-vous par ici pour réagir heart
Nous venons de passer en novembre, n'oubliez pas de poster un nouveau message dans votre journal RP pour ce mois-ci siouplet !

Partagez| .

Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Jeu 22 Juin - 0:09

Our screws are anchored in our skins.
Fang Do Han ft. Hwang Eléa
tenue & Chao♠ Il était 20 heures. Tu étais chez toi, allongé dans ton canapé, avec Chao ton fidèle compagnon à tes cotés. Tu n’avais toujours pas commencé le travail, ton casino n’étant toujours pas ouvert. Tu passais tes journées à flâner, à te promener et à lire des livres. Tu t’ennuyais terriblement. Ta vie était vide et sans saveur, tu espérais vraiment que quand tu commencerais à travailler, tu penserais autrement. Tu étais un anciens mafieux, chef du gang Sanyanggae*, tu avais une vie très agité au par avant, et même si l’on t’a enlevé tout tes précieux souvenirs ainsi que la personne la plus importante pour toi, les sensations, les sentiments, et les ressenties que tu as vécu son toujours la, ancré profond en toi, un simple sérum ne peut pas tout faire oublié.  C’est certainement en grande parti pour cette raison que tu te ressens un si grand vide, un si grand manque en toi, sans savoir pourquoi  ni comment l’expliquer. Tu en avais assez de paresser dans ton canapé. Tu réfléchissais un instant à ce que tu pourrais bien aller faire, et c’est en retroussant les manches de ta  veste que tu eu l’idée de faire un tour au salon de tatouage à Aoruji. Tu savais que ce salon restait ouvert jusqu’au alentour de minuit, et tu avais bien plus d’argent qu’il ne t’en fallait, se qui ne t’enchantais d’ailleurs pas plus que ça. Tu pouvais donc te permettre des tatouages surprise si l’envie t’en prenait. Tu te levas alors de ton fauteuil, appelant Chao pour qu’il te suive. Tu pris tes clés de voiture et grimpas dans celle-ci alors que ton chien s’installa à coté de toi. Arrivé dans le quartier ou ce trouvais le fameux salon, tu te garas non loin du tatoueur et fis le reste du chemin à pieds. Quand tu arrivas dans le salon, les deux membres du personnelle présent ; une jeune fille et un homme, te saluèrent tout deux, avant que leurs regardes ne ce pose sur Chao qui était derrière toi. Tu les regardas sans expression, te demandant ce qu’il regardait. Tu tournas donc la tête vers ton chien, te rendant compte que c’était lui qu’ils regardaient.

« Il pose un problème. Il est très sage vous savez, il ne vous dérangera pas. Je ne peux pas le laisser seul vous comprenez ? » Avais-tu expliqué sur un ton monotone.

Les deux tatoueurs te dire qu’il n’y avait pas de problème, que c’était simplement parce qu’ils n’avaient pas l’habitude de voir de si gros chien dans le quartier. Il est claire que toi avec ta grosse bête noir, tu ne passais pas inaperçu. Après avoir expliqué à la jeune tatoueuse qui allait s’occuper de toi, que tu n’avais pas d’idée précise, que tu lui faisait confiance et qu’elle pouvait laisser libre cours à son imagination, le tatoueur alla s’occuper d’un client, ou plutôt d’une cliente, déjà installée sur une des tables dans le fond du salon. Tu allas à ton tour t’installer sur la table juste à cotés, attendant que ta tatoueuse vienne s’occuper de toi après avoir préparé son matériel. Tu enlevas alors ta veste ainsi que ton t-shirt pour faciliter le travail, et quand ce fut fait, tu eu les regardes des personnes présente braqué sur toi. Ils te regardaient, les yeux grand ouvert à la vue de tes multiples tatouages sur le torse sur les bras, au niveau du basin et surtout dans ton dos car dans celui-ci, tu avais un grand chien noir, la gueule ouvert tatoué. Tu ne parlais pas beaucoup de tes tatouages, la signification de la plus part d’entre eux t’étant vague, tu évitais le sujet un maximum, mais tu savais que la ou tu te trouvais, tu n’allais pas pouvoir faire autrement que d’en parler un minimum. Tu n’étais pas très bavard, voir pas du tout, ce n’est donc pas toi qui ouvrira la conversation. Mais tu n’étais pas assez mal poli pour ne pas répondre si l’on t’adressait la parole mais en attendant, comme ça n’étais pas le cas, tu scrutais à nouveau le tatouage représentant la lettres M présent sur ton poignet gauche, ne savant toujours pas, ce qu’il signifiait et pourquoi il était la.




The revenge will be bloody
Lentement tout lui revient, les souvenirs qui sont siens. La mémoire effacé, sa fièreté encrassé. Dans son être le mal règne, dans le sang ses mains baignent. Bientôt le loup s'éveillera, et son bourreau ,lui, payera.
avatar
Avatar : Bang Yong Guk
Qui es-tu ? :
Fang Do Han
26 ans




Sérieux ☽ audacieux ☽ courageux ☽ débrouillard ☽ leader ☽ perspicace ☽ associable ☽ brute ☽ froid ☽ méfiant ☽ mystérieux ☽ obstiné ☽ têtu ☽ généreux ☽  inexpressif

Il possède un chien cane corso noir s’appelant Chao ☽ Chao était le nom de son doudou en forme de chien que son père lui avait donné quand il était enfant ☽ Chao veut dire surpasser en chinois, son père avait nommé la peluche ainsi pour aider Do Han à surpasser ses peurs ☽ Le gang dont il était chef ce nom SANYANGGAE (사냥개) qui signifie en coréen, chien de chasse ☽  Il a vécu dans les rue de Yeosu e corée du sud à partir de ses 13 ans jusqu’à ses 26 ans ☽ Il a toujours aidé les enfants à la rue et y est très sensible encore maintenant sur Aikoyangi ☽ Il sait très bien se battre, il a appris seul et est très vite devenu le plus fort et le plus craint de sa ville ☽ Son casino est situé juste en face de l’hôtel de luxe d'Iwamune ☽ bien qu'il soit maintenant riche, il habite le petit quartier de Osanju, supportant toujours assez mal cette univers aisé ☽ Il a gardé des séquelles des violes qu'il a vécu ☽ il a peur du noir ☽ Chao vient souvent dormir sur lui pendant la nui et fini par l'écraser complètement ☽ Il a de multiples tatouage sur le corps, dont un M sur le poignet gauche ☽






Do Han est né en chine du sud à Wuhan, d'une mère coréenne et d'un père chinois. Il a vécu en chine jusqu’à ses 13 ans, mais pas qu'avec ses parents. En effet, ses parents son mort dans un accident de voiture alors qu'il est age d'a peine 6 ans. Il est envoyé chez sa tante paternelle, à Shanghai pour y vivre. Au début tout ce passait pour le mieux, jusqu’à ses 9 ans, ou il commença à être traiter comme la cendrillon de la maison, devant faire toute les taches ménagère à lui seul. Finalement son oncle avide d'argent, commença à le prostituer à l'age de 10 ans. Il fini par réussir à s’enfuir de cet enfer à 13 ans, ou il réussi à fuguer jusqu'en Corée du Sud. La bas, il fit la rencontre de Dong Chul, un vieil homme à la rue qui pris Do Han sous son aile, le nourrissant et lui apprenant le coréen, ainsi cas lire et à écrire. Il fut à la tête d'un gang de braqueur à l'age de 17 ans, le gang ce nommant Sanyanggae. à 19 ans, il trouve un chiot cane corso noir qu'il adopta, et la même année, il trouva un enfant de 11 ans à la rue dans le repaire de son gang. L'enfant ce nommant Min Ki, ils finiront par devenir très proche et très lier l'un a l'autre, Do Han finissant par développer des sentiments paternelle à l'égare de Min Ki. C'est à ses 26 ans que les choses on mal tourné lors du braquage de la plus grosse banque de Yeosu, la ville ou il vivait. Un traître aillant vendu la mèche, les forces de l'ordre les prirent sur le faits les arrêtant les un après les autres, mais Do Han avait réussi a faire s'échapper Min Ki lui disant de fuire et de ne surtout pas ce faire attraper. Do Han ce laissa par la suite arrêter, regardant Min Ki s’enfuir au loin.





Min Ki allant été le seul à avoir put découvrir le véritable Do Han, personne n'aura la chance de le découvrir à son tour car à son jugement, il fut décidé qu'il ce ferait administrer le sérum sur Aikoyangi, ce voyant effacer tout ses souvenirs. à présent il vit à Osanju avec son chien et est directeur du casino d'Iwamune. Il pense vivre sur l’île depuis 1 ans alors qu'en réalité, il n'y est que depuis 6 mois.




Ils l'attendent avec impatience, les chiens de chasse. Le retour de leurs chef véritable.



Chao, son gros amour:
 

Les fifiches : Il était une fois - Do Han et ses amis - Cellphone - Fiche personnage
Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2017
Wasure - Level 2
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Lun 26 Juin - 15:55

Our screws are anchored in our skins
Fang Do Han & Hwang Eléa

The tattoo is the mark of the soul. It can act as a window we see in, or it can be our shield. To protect us from those who can't see past the surface. ••• Accompagné par la lueur de sa lampe de bureau, Eléa inscrivait dans un dossier des informations sur l’un des habitants de la ville, habitant qu’elle était chargée de surveiller pour remplir les parts de son contrat en tant qu’A.O.A. Et même si elle exécrerait son travail, la jeune femme n’avait d’autres choix que d’obéir aux ordres et d’être l’esclave de cette île. Elle n’était finalement qu’un pion que le maire manipulait à sa guise pour éviter que la vérité concernant son « havre de paix » ne soit dévoilé. Mais l’anglo-coréenne en était persuadée : ce mensonge ne pouvait rester caché indéfiniment aux yeux du monde. Et même si la volonté de faire disparaître la criminalité à l’aide d’un sérum était une intention louable, elle n’en était pas moins vaine puisque malgré l’écoulement du temps, l’Homme n’avait jamais changé. Son caractère bestial et belliqueux était toujours imprégné en lui. Et altérer les souvenirs des individus n’y changerait rien. Et ce sérum, pourtant érigé en tant que progrès scientifique, n’amenait qu’à la perte et à la désolation. Et on condamnait ainsi un criminel en en devenant un nous-mêmes…

Comme lassée par ses propres réflexions, un soupire vint franchir les lèvres de la jeune femme. Son regard se posa alors sur le cadran de sa montre et sa tension artérielle s’accéléra soudainement quand elle aperçu le positionnement des aiguilles, aiguilles qui l’alarmaient de son potentiel retard à son rendez-vous dans un salon de tatouage. Refermant brusquement le dossier sur lequel elle travaillait, Eléa se dirigea vers la salle de bains pour s’y préparer avant de se ruer en direction de Karasu Tatoo dans le quartier d’Aoruji. Franchissant alors la porte, Eléa se laissa envahir par l’atmosphère chaleureuse qui se dégageait de ces murs où reposaient des créations toutes plus magnifiques et inventives les unes que les autres. Et la porte venait à peine de se refermer derrière elle qu’un sourire vint étirer ses fines lèvres, sourire adressé aux deux jeunes tatoueurs dont la gaieté émanait de leur être. Tout en entamant une discussion avec ces derniers, Eléa se rapprocha du tatoueur qui vint lui présenter son dessin, résultat sortit de son imaginaire suite à l’idée qu’elle lui avait présenté. A l’aide d’un crayon, il pointait les différents détails qui organisaient le tatouage, sous l’œil attentif d’Eléa et de la jeune tatoueuse. Et tout était parfait, tout était comme elle l’avait espéré. Ce tatouage, pourtant simple, symbolisait comme les précédents les instants importants de sa vie de manière métaphorique. Et en l’occurrence, il représentait une personne du nom d’Ha Neul, une personne victime du système dans lequel elle était imbriquée. Ce système dont elle souhaitait la perte et qui était responsable de la mort de cette jeune femme. Et désormais son sourire n’était plus qu’un lointain souvenir, qu’une image gravée dans sa mémoire…

Mais avant d’être définitivement en proie à ces pensées déprimantes, Eléa maintenu son sourire et se dirigea vers l’une des tables au fond de salle. S’allongeant sur le dos, elle tendit alors son bras, parcelle de peau où allait être inscrit son dessin à l’encre noire. Son regard était rivé sur la porte d’entrée qui finit par s’ouvrir après quelques instants, laissant passer un homme et son chien. Chien d’un grand gabarit mais dont le regard attendrit immédiatement et étrangement la jeune masseuse. Son propriétaire, après avoir rassuré les tatoueurs concernant le caractère de son animal, vint lui aussi s’installer sur l’une des tables. Sa veste et son tee-shirt reposaient dorénavant sur une chaise, et l’on pouvait ainsi apercevoir aisément les différents tatouages qui parsemaient son épiderme. Tout en l’observant, Eléa nota cependant que le jeune homme regardait d’un air perplexe l’un de ses propres dessins encrés, comme s’il venait de le découvrir, comme s’il avait oublié toute la signification cachée derrière ce « M » noir. Et cette attitude intrigua fortement l’anglo-coréenne, dont la curiosité envahissait désormais son esprit. « Il est plutôt magnifique votre chien. Il s’appelle comment ? » Certes, la question s’avérait être des plus banales… mais Eléa savait qu’elle ne pouvait décemment pas aborder la question de son tatouage de manière franche.© 2981 12289 0


 House Of Cards
Like there’s no tomorrow, like there’s no next time. Everything that you’ve done in front of my eyes, it’s a complete darkness. Say it like you mean it. In the end, we can’t make it. Even so, I keep hoping, even at the end, if you’re with me, I’m okay.
© ZIGGY STARDUST.
avatar
Avatar : Amber Liu [f(x)]
Qui es-tu ? : UC.
Les fifiches : PrésentationFiche de liensTéléphoneFiche personnageJournal RP
Messages : 118
Date d'inscription : 07/06/2017
A.O.A
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Jeu 29 Juin - 16:53

Our screws are anchored in our skins.
Fang Do Han ft. Hwang Eléa
tenue & Chao♠ Tu avais fait ton entré dans le salon de tatouage et avait rassuré les tatoueurs sur le caractère de ton chien. C’était la première fois que tu allais au Karasu tatoo, mais ce ne sera certainement pas la dernière, tu le savais bien, ils finiront bien par s’habituer à la présence de Chao avec le temps. Tu te dirigeas vers les tables dans le fond de la salle, où se trouvait déjà installé une jeune femme, prête à se faire encrer la peau. Tu enlevas ton t-shirt, laissant apparaitre ta peau, déjà parsemé d’une multitude de dessins d’encre noire. Tu ne savais pas pourquoi, tu te le demandais bien. Mais une bonne partie de ces dessins, censés représenter ton histoire, ta vie, t’étaient parfaitement inconnu. Tu ne comprenais plus leurs significations, comme si elles avaient été effacées de ton esprit tu ne sais comment, tu ne sais pourquoi. Ton chien venait de s’approcher des tables à son tour, se couchant entre la tienne et celle de la jeune inconnue. La réflexion de celle-ci t’extirpa un petit regard, toujours bien inexpressif envers la jeune femme en face de toi.

« Merci, il s’appelle Chao. C’est chinois. »

Tu aimais beaucoup ton chien, alors, ça te faisait toujours plaisir qu’on le complimente un peu. Tu ne savais pas trop ce que tu voulais te faire tatouer. Pour le moment, ton esprit était beaucoup trop embrouillé pour trouver des idées. Tu voulais simplement qu’il te représente un minimum, et pour ça, tu comptais sur l’imagination et le talent de la jeune tatoueuse, qui était en ce moment occupée d’observer tes différents œuvres d’art sur ta peau, te posant des questions sur toi par la même occasion. Elle te demandait ce que tu faisais dans la vie, si tu avais des passions quelconque et d’autre questions de ce genre.

« Je suis directeur d’un casino. Je n’ai pas vraiment de passion. Ma vie est assez banale, voir ennuyeuse. Je me demande comment j’ai fait pour supporter une vie si monotone sans en avoir marre un peu plus tôt. »  Avais-tu répondu, d’un naturel effrayant, et ce sans aucune expression encore une fois.

Tu étais le genre de personne intimidant. Tu ne le faisais évidement pas exprès, mais ton regard froid, voir glacial, ta façon de parler monotone, et ton air inexpressif pouvaient en effrayer plus d’un. Après avoir parlé encore quelques bonnes minutes avec la jeune artiste, elle partit rapidement pendre une feuille de papier et un crayon, gribouillant quelques-unes de ses idées, finalisant le tout, avant de venir te montrer son dessin définitif. Il représentait deux cartes de jeu, un as de pique et un 7 de carreaux. Derrière ces deux cartes était dessiné un dragon chinois, déployant ses ailes.  Cela représentait ton futur métier. Les cartes était signe du jeu de black jack jouer dans les casinos, et le dragon chinois déployant ses ailes représentait le nom de ton casino appeler le Li Yong, signifiant, les ailes du dragon en chinois. Tu aimais beaucoup l’idée, elle te plaisait pas mal et le dessin était très bien réalisé. Tu donnas alors ton accord pour ce dessin, puis tu cherchas après une parcelle de peau libre sur ton corps pour graver cette œuvre dans ta chaire. Tu décidas finalement de le faire dessiner sur ton flan droit, te couchant alors sur le gauche. Ainsi positionné, tu te retrouvais face à la jeune femme déjà occupé de ce faire tatouer. Au premier abord, tu ne faisais pas attention à elle, mais tu scrutas plutôt une nouvelle fois le M imprégné dans ta peau.





The revenge will be bloody
Lentement tout lui revient, les souvenirs qui sont siens. La mémoire effacé, sa fièreté encrassé. Dans son être le mal règne, dans le sang ses mains baignent. Bientôt le loup s'éveillera, et son bourreau ,lui, payera.
avatar
Avatar : Bang Yong Guk
Qui es-tu ? :
Fang Do Han
26 ans




Sérieux ☽ audacieux ☽ courageux ☽ débrouillard ☽ leader ☽ perspicace ☽ associable ☽ brute ☽ froid ☽ méfiant ☽ mystérieux ☽ obstiné ☽ têtu ☽ généreux ☽  inexpressif

Il possède un chien cane corso noir s’appelant Chao ☽ Chao était le nom de son doudou en forme de chien que son père lui avait donné quand il était enfant ☽ Chao veut dire surpasser en chinois, son père avait nommé la peluche ainsi pour aider Do Han à surpasser ses peurs ☽ Le gang dont il était chef ce nom SANYANGGAE (사냥개) qui signifie en coréen, chien de chasse ☽  Il a vécu dans les rue de Yeosu e corée du sud à partir de ses 13 ans jusqu’à ses 26 ans ☽ Il a toujours aidé les enfants à la rue et y est très sensible encore maintenant sur Aikoyangi ☽ Il sait très bien se battre, il a appris seul et est très vite devenu le plus fort et le plus craint de sa ville ☽ Son casino est situé juste en face de l’hôtel de luxe d'Iwamune ☽ bien qu'il soit maintenant riche, il habite le petit quartier de Osanju, supportant toujours assez mal cette univers aisé ☽ Il a gardé des séquelles des violes qu'il a vécu ☽ il a peur du noir ☽ Chao vient souvent dormir sur lui pendant la nui et fini par l'écraser complètement ☽ Il a de multiples tatouage sur le corps, dont un M sur le poignet gauche ☽






Do Han est né en chine du sud à Wuhan, d'une mère coréenne et d'un père chinois. Il a vécu en chine jusqu’à ses 13 ans, mais pas qu'avec ses parents. En effet, ses parents son mort dans un accident de voiture alors qu'il est age d'a peine 6 ans. Il est envoyé chez sa tante paternelle, à Shanghai pour y vivre. Au début tout ce passait pour le mieux, jusqu’à ses 9 ans, ou il commença à être traiter comme la cendrillon de la maison, devant faire toute les taches ménagère à lui seul. Finalement son oncle avide d'argent, commença à le prostituer à l'age de 10 ans. Il fini par réussir à s’enfuir de cet enfer à 13 ans, ou il réussi à fuguer jusqu'en Corée du Sud. La bas, il fit la rencontre de Dong Chul, un vieil homme à la rue qui pris Do Han sous son aile, le nourrissant et lui apprenant le coréen, ainsi cas lire et à écrire. Il fut à la tête d'un gang de braqueur à l'age de 17 ans, le gang ce nommant Sanyanggae. à 19 ans, il trouve un chiot cane corso noir qu'il adopta, et la même année, il trouva un enfant de 11 ans à la rue dans le repaire de son gang. L'enfant ce nommant Min Ki, ils finiront par devenir très proche et très lier l'un a l'autre, Do Han finissant par développer des sentiments paternelle à l'égare de Min Ki. C'est à ses 26 ans que les choses on mal tourné lors du braquage de la plus grosse banque de Yeosu, la ville ou il vivait. Un traître aillant vendu la mèche, les forces de l'ordre les prirent sur le faits les arrêtant les un après les autres, mais Do Han avait réussi a faire s'échapper Min Ki lui disant de fuire et de ne surtout pas ce faire attraper. Do Han ce laissa par la suite arrêter, regardant Min Ki s’enfuir au loin.





Min Ki allant été le seul à avoir put découvrir le véritable Do Han, personne n'aura la chance de le découvrir à son tour car à son jugement, il fut décidé qu'il ce ferait administrer le sérum sur Aikoyangi, ce voyant effacer tout ses souvenirs. à présent il vit à Osanju avec son chien et est directeur du casino d'Iwamune. Il pense vivre sur l’île depuis 1 ans alors qu'en réalité, il n'y est que depuis 6 mois.




Ils l'attendent avec impatience, les chiens de chasse. Le retour de leurs chef véritable.



Chao, son gros amour:
 

Les fifiches : Il était une fois - Do Han et ses amis - Cellphone - Fiche personnage
Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2017
Wasure - Level 2
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Mer 12 Juil - 19:33

Our screws are anchored in our skins
Fang Do Han & Hwang Eléa

The tattoo is the mark of the soul. It can act as a window we see in, or it can be our shield. To protect us from those who can't see past the surface. ••• Les prunelles d’Eléa étaient désormais rivées sur le chien qui s’était tranquillement installé entre sa table et celle de son maître. Sa tête reposait alors tranquillement sur ses deux pattes avant, et cette attitude attendrissante fit esquisser un sourire à la jeune femme. Observant encore quelques instants l’animal, cette dernière décida finalement de lever le regard en direction de l’inconnu pour lui poser une nouvelle question. « Chao ? C’est un prénom adorable je trouve. Cela signifie quelque chose de particulier en chinois ? » N’ayant aucune connaissance dans cette langue, l’A.O.A s’avérait donc bien incapable de le traduire ou d’essayer de devenir le sens de mot. Alors sa curiosité l’avait emporté et elle ne s’était pas privée pour tenter de l’assouvir. Posant de nouveau son regard sur le chien au pelage sombre, l’anglo-coréenne frissonna doucement quand le tatoueur rasa et nettoya à l’aide d’une lingette antiseptique la zone de son dessin ancré. Le calque sur lequel était inscrit le modèle se trouvait dorénavant accolé à sa peau et l’aiguille commença alors à pénétrer l’épiderme pour injecter l’encre noircie. Grimaçant légèrement sous l’effet de la surprise et de la douleur, bien que toute relative, Eléa essaya de se concentrer sur les dires du jeune homme se trouvant à ses côtés, dires qui étaient censés aider la jeune tatoueuse pour qu’elle puisse élaborer un dessin correspondant parfaitement aux attentes des clients.

Ainsi, ce jeune inconnu était persuadé d’être sujet à une vie monotone, vie qui se traduisant par une absence de passion quelconque. Peut-être était-ce finalement l’unes des significations de ses nombreux tatouages ? Peut-être était-ce une de ses peurs les plus profondes, la peur de n’avoir rien vécu avant son dernier souffle de vie, la peur de la mort, destin inéluctable qui vient sonner la fin des rêves et des projets de chacun ? Haussant lentement un sourcil, Eléa était de plus en plus intriguée par ce jeune homme, par le ton morne qu’il adoptait, par la signification cachée de ses tatouages qu’il observait de manière pourtant indécise. Et un doute commençait lentement à s’immiscer dans l’esprit de la jeune femme, doute qu’elle souhaitait dorénavant éclaircir.

Et tandis que l’aiguille du dermographe la fit de nouveau grimacer, Eléa observa avec attention et une certaine pointe de fascination le dessin que venait de créer la tatoueuse. Il était tout simplement magnifique. Alors elle ne se retint pas de révéler son ressenti à cette dernière en esquissant un large sourire. Aux yeux de l’anglo-coréenne, la jeune dessinatrice possédait une sensibilité particulière, sensibilité qui lui permettait de capturer l’essence même de la volonté de ses clients. Elle parvenait ainsi à exprimer sous forme de dessins ce qu’ils ne parvenaient pas à exprimer par les mots. Et après avoir noté alors dans un coin de son esprit de prendre à nouveau au rendez-vous dans ce lieu afin d’inscrire éternellement l’une de ces créations sur sa peau, Eléa se focalisa sur le jeune homme qui lui faisait dorénavant face, le visage tourné vers son « M » tatoué qui semblait tant l’intriguer. « Vous vous tatouez depuis longtemps ? » Même si cette interrogation était de nouveau somme toute quelconque, la réponse intéressait en réalité toute particulièrement Eléa qui ne cessait de vouloir combler sa curiosité croissante.©️ 2981 12289 0


HRP:
 


 House Of Cards
Like there’s no tomorrow, like there’s no next time. Everything that you’ve done in front of my eyes, it’s a complete darkness. Say it like you mean it. In the end, we can’t make it. Even so, I keep hoping, even at the end, if you’re with me, I’m okay.
© ZIGGY STARDUST.
avatar
Avatar : Amber Liu [f(x)]
Qui es-tu ? : UC.
Les fifiches : PrésentationFiche de liensTéléphoneFiche personnageJournal RP
Messages : 118
Date d'inscription : 07/06/2017
A.O.A
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Jeu 20 Juil - 16:29

Our screws are anchored in our skins.
Fang Do Han ft. Hwang Eléa
tenue & Chao♠ Dans le salon de tatouage ou tu t’étais rendu en compagnie de ton chien, tu étais assis sur une table de tatouage dans le fon de la boutique attendant la tatoueuse charger de toi. Tu étais également en compagnie d’une inconnue, installé juste à coté de toi. Elle avait déjà tout de prés pour se faire piqué la peau à nouveau, quand à toi, tu étais venu en totale touriste, voulant juste te crée une nouvelle œuvre sur ton épiderme déjà bien recouverte d’encre noir. La jeune femme avait complimenté ton compagnon à quartes pattes, installé juste entre vos deux table, t’affirment qu’elle le trouvait magnifique et te demandant alors son nom. Tu lui avais donc simplement répondu qu’il se nommait Chao et que c’était chinois, avec un ton inexpressif et monotone dont toi seul avait le secret. La femme à tes cotés te posa une nouvelle question à propos de ton chien, mais cette fois plutôt sur son prénom. Elle voulait connaitre la signification de ce nom. Elle avait l’air d’être plutôt curieuse, mais étrangement, ça ne te dérangeait pas du tout. Au contraire, tu aimais les personnes curieuses.

« Ça signifie ce surpassé. »

Tu n’ajoutas rien. Malgré tout il y avait une grande signification derrière ce nom. Tu ne te souvenais plus de sa signification véritable. Ce nom qui est en réalité un hommage à ton défien père que tu pense toujours en vie. Ce surpasser, parce que tu as su surpasser toutes tes peur, que tu as su survivre au traitement de ton oncle et ta tante, survivre à la rue. Ce nom qui avait une si grande importance à tes yeux. Tu avais enlevé ton t-shirt, dévoilant ainsi ta peau déjà bien tatoué à la jeune femme, ainsi qu’aux deux employés du salon. Tu n’avais aucune idée de ce que tu voulais te gravé comme nouvelle parti de ta vie sur ton corps. Pour toi , ta vie était sans saveur et ennuyante en ce moment. Tu ne comprenais pas comment tu pouvais supporter vivre une vie si  monotone sans en avoir marre plus tôt. Mais ton casino allait bientôt ouvrir, tu te disais que quand tu commencerais à travailler dedans, ta vie allais peut-être avoir un autre gout, qui sait ? La tatoueuse avait pris en compte tes paroles et était parti plus loin pour gribouiller des croquis de ses idées, pour ainsi pouvoir te les présentées par la suite. Quand elle eu fini, elle te présenta son œuvres. Le dessin de dragon qu’elle te montrait te plaisait énormément. Il représentait en effet, une partie de ta vie. Une nouvelle étape qui allait bientôt commencer pour toi âpres l’ouverture du Lóng ýi. Tu avais donc donné ton accord pour ce dessin et tu t’étais installé sur la table, coucher sur ton coté gauche, laissant alors libre accès à ton flan droit, la ou sera bientôt gravé l’œuvre de la jeune artiste. Tu étais face à la jeune femme inconnu qui se faisait tatouer à tes cotés. Tu ne faisais cependant pas attention à elle. Attendant que la tatoueuse ai fini de préparer son matérielle, tu scrutais à nouveau de tes yeux sombre, la calligraphie en M encré sur ton bras. Tu ne faisais pratiquement que la fixé. Tu n’en pouvais plus de ne pas comprendre ce que ce tatouage signifiait, comme certain autre recouvrant ta peau. Tu fus sorti de tes pensées par la femme face à toi. Elle t’avait à nouveau posé une question sur toi. Tu relevas les yeux vers elle, sa curiosité te faisait doucement sourire.

« Oui, depuis très longtemps. Ça fait 10 ans maintenant. J’ai commencé à mes 17 ans. Et vous ? »

La tatoueuse c’était maintenant installé près de toi, pour une nouvelle fois incruster à jamais ta peau à l’encre noir. Cela faisait longtemps que tu n’avais plus ressenti ça. La sensation des aiguilles se plantées dans ta chaire. Pour toi, ça n’était plus du tout douloureux. Pour toi, c’était devenue agréable avec le temps.





The revenge will be bloody
Lentement tout lui revient, les souvenirs qui sont siens. La mémoire effacé, sa fièreté encrassé. Dans son être le mal règne, dans le sang ses mains baignent. Bientôt le loup s'éveillera, et son bourreau ,lui, payera.
avatar
Avatar : Bang Yong Guk
Qui es-tu ? :
Fang Do Han
26 ans




Sérieux ☽ audacieux ☽ courageux ☽ débrouillard ☽ leader ☽ perspicace ☽ associable ☽ brute ☽ froid ☽ méfiant ☽ mystérieux ☽ obstiné ☽ têtu ☽ généreux ☽  inexpressif

Il possède un chien cane corso noir s’appelant Chao ☽ Chao était le nom de son doudou en forme de chien que son père lui avait donné quand il était enfant ☽ Chao veut dire surpasser en chinois, son père avait nommé la peluche ainsi pour aider Do Han à surpasser ses peurs ☽ Le gang dont il était chef ce nom SANYANGGAE (사냥개) qui signifie en coréen, chien de chasse ☽  Il a vécu dans les rue de Yeosu e corée du sud à partir de ses 13 ans jusqu’à ses 26 ans ☽ Il a toujours aidé les enfants à la rue et y est très sensible encore maintenant sur Aikoyangi ☽ Il sait très bien se battre, il a appris seul et est très vite devenu le plus fort et le plus craint de sa ville ☽ Son casino est situé juste en face de l’hôtel de luxe d'Iwamune ☽ bien qu'il soit maintenant riche, il habite le petit quartier de Osanju, supportant toujours assez mal cette univers aisé ☽ Il a gardé des séquelles des violes qu'il a vécu ☽ il a peur du noir ☽ Chao vient souvent dormir sur lui pendant la nui et fini par l'écraser complètement ☽ Il a de multiples tatouage sur le corps, dont un M sur le poignet gauche ☽






Do Han est né en chine du sud à Wuhan, d'une mère coréenne et d'un père chinois. Il a vécu en chine jusqu’à ses 13 ans, mais pas qu'avec ses parents. En effet, ses parents son mort dans un accident de voiture alors qu'il est age d'a peine 6 ans. Il est envoyé chez sa tante paternelle, à Shanghai pour y vivre. Au début tout ce passait pour le mieux, jusqu’à ses 9 ans, ou il commença à être traiter comme la cendrillon de la maison, devant faire toute les taches ménagère à lui seul. Finalement son oncle avide d'argent, commença à le prostituer à l'age de 10 ans. Il fini par réussir à s’enfuir de cet enfer à 13 ans, ou il réussi à fuguer jusqu'en Corée du Sud. La bas, il fit la rencontre de Dong Chul, un vieil homme à la rue qui pris Do Han sous son aile, le nourrissant et lui apprenant le coréen, ainsi cas lire et à écrire. Il fut à la tête d'un gang de braqueur à l'age de 17 ans, le gang ce nommant Sanyanggae. à 19 ans, il trouve un chiot cane corso noir qu'il adopta, et la même année, il trouva un enfant de 11 ans à la rue dans le repaire de son gang. L'enfant ce nommant Min Ki, ils finiront par devenir très proche et très lier l'un a l'autre, Do Han finissant par développer des sentiments paternelle à l'égare de Min Ki. C'est à ses 26 ans que les choses on mal tourné lors du braquage de la plus grosse banque de Yeosu, la ville ou il vivait. Un traître aillant vendu la mèche, les forces de l'ordre les prirent sur le faits les arrêtant les un après les autres, mais Do Han avait réussi a faire s'échapper Min Ki lui disant de fuire et de ne surtout pas ce faire attraper. Do Han ce laissa par la suite arrêter, regardant Min Ki s’enfuir au loin.





Min Ki allant été le seul à avoir put découvrir le véritable Do Han, personne n'aura la chance de le découvrir à son tour car à son jugement, il fut décidé qu'il ce ferait administrer le sérum sur Aikoyangi, ce voyant effacer tout ses souvenirs. à présent il vit à Osanju avec son chien et est directeur du casino d'Iwamune. Il pense vivre sur l’île depuis 1 ans alors qu'en réalité, il n'y est que depuis 6 mois.




Ils l'attendent avec impatience, les chiens de chasse. Le retour de leurs chef véritable.



Chao, son gros amour:
 

Les fifiches : Il était une fois - Do Han et ses amis - Cellphone - Fiche personnage
Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2017
Wasure - Level 2
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Mar 1 Aoû - 15:56

Our screws are anchored in our skins
Fang Do Han & Hwang Eléa

The tattoo is the mark of the soul. It can act as a window we see in, or it can be our shield. To protect us from those who can't see past the surface. ••• « Chao » signifiait ainsi « se surpasser ». Ce nom semblait donc posséder une portée symbolique et poétique, comme si l’animal était devenu une extension du jeune homme, une métaphore de son passé et de son existence actuelle. Du moins, telle était l’interprétation qui s’était dessinée dans l’esprit d’Eléa à l’entente de ce prénom. Ces deux êtres paraissaient comme indissociables tant l’affection qu’ils portaient l’un pour l’autre était puissante et limpide. « La signification est tout aussi jolie que le prénom en lui-même je trouve. Vous devez tenir tout particulièrement à lui. » Un sourire s’était alors inconsciemment étiré sur ses lèvres. Cette relation tendre qui unissait l’homme et l’animal emplissait finalement son être d’une forme d’allégresse. Et l’espace d’un instant, elle pouvait oublier ce monde froid dans lequel elle évoluait, ce monde où les sentiments affectueux s’avéraient presque être superflus. L’espace d’un instant, elle pouvait enfin apercevoir un peu de couleurs chatoyantes dans cette société morne et déprimante.

Et tandis que l’aiguille du tatoueur injectait de l’encre dans son épiderme, elle avait observé de ses prunelles les différents dessins encrés sur le jeune homme. Et sa curiosité ne cessait alors de s’amplifier. Elle souhaitait comprendre pourquoi son regard semblait traduire de l’incompréhension, comme s’il venait de découvrir ses tatouages pour la première fois, comme s’il ignorait tout de leur signification et de leur importance. Elle souhaitait comprendre pourquoi son regard était rivé depuis plusieurs minutes sur ce « M » mystérieux et hypnotisant. Pourquoi ne l’observait-il pas d’un air pensif ou mélancolique alors que divers souvenirs se mêleraient dans son esprit ? De ce comportement étrange aux yeux de la masseuse naquit une hypothèse. Et plus elle y réfléchissait, plus sa probabilité semblait malheureusement se confirmer. Ce sérum lui paraissait être à l’origine du comportement du jeune homme. Ce miracle médical avait infecté l’île et la plupart de ses habitants. Il semblait comme hanter la moindre existence de cette ville. Soupirant faiblement, l’A.O.A essayait néanmoins de se persuader que son hypothèse était infondée et dénuée de sens. Alors elle avait commencé à questionner le jeune tatoué, dans l’espoir qu’il donne implicitement des réponses qu’elle souhaitait entendre.

Ainsi, elle venait d’apprendre qu’il avait commencé à se faire tatouer depuis maintenant dix années. Et même si ce nombre s’avérait être plutôt conséquent, les significations liées à ses dessins devraient pourtant être ancrées dans son esprit au lieu de n’être que des souvenirs nébuleux. « Vous avez commencé jeune en effet ! De mon côté, je n’ai commencé à me faire tatouer que depuis trois ans, même si je dois avouer que je souhaitais le faire depuis un peu plus longtemps. » En réalité, l’événement qui avait déclenché son désir soudain fut le décès d’une personne chère à son cœur, une personne qu’elle avait promis de protéger de ses démons. Mais la peur qu’elle avait éprouvée envers sa propre bestialité avait été si profondément enracinée dans son être qu’elle n’avait pu la surmonter. Et Eléa n’avait pas su la sauver, lui donner envie de vivre à nouveau malgré tout… Alors son premier tatouage la représentait, il symbolisait l’amour qu’elle avait ressenti pour cette personne, amour mêlée au remords liés à sa disparition…

Soupirant intérieurement, la jeune femme se mordit instinctivement la lèvre inférieure avant de se concentrer de nouveau sur le jeune homme, tout en essayant de ne pas laisser transparaître les émotions qui l’avait traversé. « Mais depuis que j’ai commencé, j’avoue avoir du mal à m’arrêter… » Plus le temps s’écoulait, et plus elle ressentait le besoin d’inscrire de manière indélébile des messages sur sa peau, messages qui retraçaient son existence et qui définissait la personne qu’elle était devenue. « Je suppose que vous devez éprouver la même sensation ? »© 2981 12289 0


 House Of Cards
Like there’s no tomorrow, like there’s no next time. Everything that you’ve done in front of my eyes, it’s a complete darkness. Say it like you mean it. In the end, we can’t make it. Even so, I keep hoping, even at the end, if you’re with me, I’m okay.
© ZIGGY STARDUST.
avatar
Avatar : Amber Liu [f(x)]
Qui es-tu ? : UC.
Les fifiches : PrésentationFiche de liensTéléphoneFiche personnageJournal RP
Messages : 118
Date d'inscription : 07/06/2017
A.O.A
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Lun 28 Aoû - 0:04

Our screws are anchored in our skins.
Fang Do Han ft. Hwang Eléa
tenue & Chao♠ Installé sur la table du salon de tatouage en compagnie de ton chien et de la jeune femme à tes côtés, tu attendais patiemment que la jeune tatoueuse ai fini de préparer le calque qui servirait pour ton tatouage avant de te l'appliquer sur la peau. Tu t'étais perdu dans tes pensées. Ces pensées troubles et vagues dans ton esprit. Tes souvenirs d'une vie tranquille et paisible qui ne collait pas du tout avec les dessins encrés dans ta peau. Les œuvres qui recouvraient ton épiderme racontaient une histoire. Ton histoire. L'histoire de Fang Do Han, le vrai,
pas l'histoire de l'homme que tu croyais être en cet instant. Toi qui détestais tant le luxe, tu vivais en plein dedans. Mais les seules personnes présentes sur cette île à te connaître réellement, n'étaient pas en  mesure de révéler la vérité.

La jeune tatoueuse avait fini par se rapprocher de toi, posant ainsi le calque sur la parcelle de peau libre qui te restait sur le flanc. Après l'avoir minutieusement appliqué d'un geste délicat, elle prépara le démographe qui allait ainsi servir à t'encrer une nouvelle fois la peau. La jeune femme face à toi avait alors pris le temps de scruter minutieusement tout les tatouages qu'elle pouvait voir en ce moment. La discussion entre vous deux tournait alors toujours autour du tatouage. Tu n'étais pas très doué pour parler de ta vie en général ou pour simplement lier des liens sociaux. Mais quand ça tournait autour du tatouage, tu n'y voyais évidemment aucun inconvénient.

« Si j'avais pu commencer avant mes dix-sept ans, je pense que je l'aurai fait. Mais dix-sept ans c’était tout de même jeune. Je ne sais pas comment mes parents on pu accepter ça »

C'était triste. Triste de t'entendre parler d'eux comme si il était toujours de ce monde. L'immondice des personnes ayant recréé ta mémoire de toute pièce avait bien l'air sans limites, puisqu'ils avaient osé te faire croire que tes défunts  parents, t'attendaient gentiment en Corée du Sud pendant que tu travaillais sur l'île. Au oui, les médecins et scientifiques travaillant pour le maire n'avaient pas de limites dans leurs manipulations de souvenirs. Et ils n'y avaient pas été de main morte avec toi, ayant réussi à transformer tout ton caractère, tout ton comportement. T'ayant presque programmé comme l'on programme une machine.

La tatoueuse avait alors commencé à injecter l'encre noire dans ta peau, mais tu ne senti pas grand chose, à part quelques picotements. Tu avais pris l'habitude de cette sensation devenu bien trop familière à ta peau. Tu regardais avec attention ce que le tatoueur qui s'occupait de la femme à tes côtés était occupé d'accomplir comme travail. Tu étais toujours passionné quand tu les voyais travailler, ces artistes.

« En effet, c'est quelque chose qu'on n'oublie jamais, cette sensation. On fini par en devenir addict, on fini par toujours en vouloir un de plus, et au final, on se retrouve comme moi, des tatouages partout sur le corps. Notre vie gravée sur nous »

Tu ne connaissais que trop bien cette envie presque oppressante de toujours en vouloir plus. De toujours vouloir graver de nouveau éléments, de nouvelles parties de ta vie en toi.





The revenge will be bloody
Lentement tout lui revient, les souvenirs qui sont siens. La mémoire effacé, sa fièreté encrassé. Dans son être le mal règne, dans le sang ses mains baignent. Bientôt le loup s'éveillera, et son bourreau ,lui, payera.
avatar
Avatar : Bang Yong Guk
Qui es-tu ? :
Fang Do Han
26 ans




Sérieux ☽ audacieux ☽ courageux ☽ débrouillard ☽ leader ☽ perspicace ☽ associable ☽ brute ☽ froid ☽ méfiant ☽ mystérieux ☽ obstiné ☽ têtu ☽ généreux ☽  inexpressif

Il possède un chien cane corso noir s’appelant Chao ☽ Chao était le nom de son doudou en forme de chien que son père lui avait donné quand il était enfant ☽ Chao veut dire surpasser en chinois, son père avait nommé la peluche ainsi pour aider Do Han à surpasser ses peurs ☽ Le gang dont il était chef ce nom SANYANGGAE (사냥개) qui signifie en coréen, chien de chasse ☽  Il a vécu dans les rue de Yeosu e corée du sud à partir de ses 13 ans jusqu’à ses 26 ans ☽ Il a toujours aidé les enfants à la rue et y est très sensible encore maintenant sur Aikoyangi ☽ Il sait très bien se battre, il a appris seul et est très vite devenu le plus fort et le plus craint de sa ville ☽ Son casino est situé juste en face de l’hôtel de luxe d'Iwamune ☽ bien qu'il soit maintenant riche, il habite le petit quartier de Osanju, supportant toujours assez mal cette univers aisé ☽ Il a gardé des séquelles des violes qu'il a vécu ☽ il a peur du noir ☽ Chao vient souvent dormir sur lui pendant la nui et fini par l'écraser complètement ☽ Il a de multiples tatouage sur le corps, dont un M sur le poignet gauche ☽






Do Han est né en chine du sud à Wuhan, d'une mère coréenne et d'un père chinois. Il a vécu en chine jusqu’à ses 13 ans, mais pas qu'avec ses parents. En effet, ses parents son mort dans un accident de voiture alors qu'il est age d'a peine 6 ans. Il est envoyé chez sa tante paternelle, à Shanghai pour y vivre. Au début tout ce passait pour le mieux, jusqu’à ses 9 ans, ou il commença à être traiter comme la cendrillon de la maison, devant faire toute les taches ménagère à lui seul. Finalement son oncle avide d'argent, commença à le prostituer à l'age de 10 ans. Il fini par réussir à s’enfuir de cet enfer à 13 ans, ou il réussi à fuguer jusqu'en Corée du Sud. La bas, il fit la rencontre de Dong Chul, un vieil homme à la rue qui pris Do Han sous son aile, le nourrissant et lui apprenant le coréen, ainsi cas lire et à écrire. Il fut à la tête d'un gang de braqueur à l'age de 17 ans, le gang ce nommant Sanyanggae. à 19 ans, il trouve un chiot cane corso noir qu'il adopta, et la même année, il trouva un enfant de 11 ans à la rue dans le repaire de son gang. L'enfant ce nommant Min Ki, ils finiront par devenir très proche et très lier l'un a l'autre, Do Han finissant par développer des sentiments paternelle à l'égare de Min Ki. C'est à ses 26 ans que les choses on mal tourné lors du braquage de la plus grosse banque de Yeosu, la ville ou il vivait. Un traître aillant vendu la mèche, les forces de l'ordre les prirent sur le faits les arrêtant les un après les autres, mais Do Han avait réussi a faire s'échapper Min Ki lui disant de fuire et de ne surtout pas ce faire attraper. Do Han ce laissa par la suite arrêter, regardant Min Ki s’enfuir au loin.





Min Ki allant été le seul à avoir put découvrir le véritable Do Han, personne n'aura la chance de le découvrir à son tour car à son jugement, il fut décidé qu'il ce ferait administrer le sérum sur Aikoyangi, ce voyant effacer tout ses souvenirs. à présent il vit à Osanju avec son chien et est directeur du casino d'Iwamune. Il pense vivre sur l’île depuis 1 ans alors qu'en réalité, il n'y est que depuis 6 mois.




Ils l'attendent avec impatience, les chiens de chasse. Le retour de leurs chef véritable.



Chao, son gros amour:
 

Les fifiches : Il était une fois - Do Han et ses amis - Cellphone - Fiche personnage
Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2017
Wasure - Level 2
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa Dim 10 Sep - 21:27

Our screws are anchored in our skins
Fang Do Han & Hwang Eléa

The tattoo is the mark of the soul. It can act as a window we see in, or it can be our shield. To protect us from those who can't see past the surface. ••• Dans ce salon aux murs décorés par des dizaines de dessins de couleur noire, Eléa se surprit à imaginer les histoires liés à chacun d’entre eux. Certains semblaient représenter une passion, un trait de caractère, un être cher aux yeux d’une personne. D’autres paraissaient être l’image métaphorique d’une peur profondément enfouie, d’un pan de l’existence que l’on ne souhaitait oublier ou qui nous avait vivement marqué. Mais tous étaient le fruit de différents esprits et leurs significations étaient finalement déchiffrables dans la plupart des cas uniquement par la personne qui arborait ce dessin encré sur son épiderme. Alors tenter de les déchiffrer s’avérait être une entreprise ardue. Mais en réalité, la volonté première de l’A.O.A n’était pas sonder les profondeurs de l’existence du jeune homme pour y découvrir ces moindres secrets, mais simplement de comprendre le curieux comportement qu’il adoptait en observant ses propres tatouages.

Alors elle avait entamé une conversation avec cet inconnu sur un sujet qu’ils ne pouvaient qu’avoir en commun, en ignorant encore néanmoins comment elle allait parvenir à résoudre ces interrogations. « C’est vrai que commencer à se faire tatouer à l’âge de dix-sept ans, cela peut paraître jeune… Mais tant que l’on est sûr de ce que l’on fait, je dirais que cela ne pose pas de problème… » Elle manqua de rajouter que ses parents avaient dû potentiellement partagés la même pensée, mais elle se retint au dernier instant. Elle ne les connaissait en rien et elle ne souhaitait finalement pas énoncer d’hypothèses possiblement erronées. Mais elle était tout de même persuadée que certains ne reprocheraient jamais à leur enfant de tenter des expériences, alors même que ces dernières puissent être considérées comme marginales aux yeux de la société. Et la décision de se faire tatouer relevait de cette vision quelque peu étriquée de divers individus, qui estimaient que cet art était propre aux organisations illégales. Une vision pourtant sans fondement mais qui ne semblait pas disparaitre de certains esprits.

Et tandis que l’encre s’injectait dans sa peau, un fin sourire vint se dessiner sur ses lèvres suite à la réflexion de son voisin. « Vous avez raison. Nous faire tatouer finit par devenir une sorte de besoin, comme s’il nous était vital d’inscrire de manière indélébile des souvenirs de notre existence. Et ainsi, on se transforme en œuvre d’art en quelque sorte. » Le corps devenait une énigme et chacune de personnes qui le découvraient semblaient être poussé par une irrésistible envie de le décrypter. C’était comme si l’on inscrivait à même la peau des paragraphes entiers retraçant toute notre existence, excepté que les mots étaient en réalité des images symboliques. « Et… je vous suppose qu’ils nous seraient difficiles à tous les deux de stopper notre addiction… Mais quelquefois, vous n’y avez jamais songé… ? » Le corps n’était finalement pas assez extensible pour permettre d’y inscrire les moindres pans de notre vie, même si l’on choisissait de n’y graver que les plus marquants. Comme la mémoire, on se devait de sélectionner de manière arbitraire ces instants, alors que l’on souhaiterait pourtant oublier la plupart d’entre eux.© 2981 12289 0


 House Of Cards
Like there’s no tomorrow, like there’s no next time. Everything that you’ve done in front of my eyes, it’s a complete darkness. Say it like you mean it. In the end, we can’t make it. Even so, I keep hoping, even at the end, if you’re with me, I’m okay.
© ZIGGY STARDUST.
avatar
Avatar : Amber Liu [f(x)]
Qui es-tu ? : UC.
Les fifiches : PrésentationFiche de liensTéléphoneFiche personnageJournal RP
Messages : 118
Date d'inscription : 07/06/2017
A.O.A
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Our screws are anchored in our skins ft Hwang Eléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Skins d'interfaces du blob parleur
» Skins
» Skins Generation - RPG
» hwang da som ☆ life is a jungle (100%)
» [Achat]Skin de chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember You ... :: Kyul :: Aoruji :: Karasu Tattoo-