AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'hésitez pas à jeter un œil aux scénarios des membres heart
Nous sommes actuellement en septembre 2057 sur le forum heart
La MAJ 5 du forum est arrivée, rendez-vous par ici pour réagir heart
Nous venons de passer en septembre, n'oubliez pas de poster un nouveau message dans votre journal RP pour ce mois-ci siouplet !

Partagez| .

Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa Jeu 20 Juil - 23:46

Flowers in my hair, demons in my head
†i'm mentally exhausted†
Hwang Eléa & Ishida Makoto
tenue † Cela faisait maintenant un bon moment que mon père était mort. À l’aide d’une pierre, je l’avais froidement assassiné de mes mains après l’avoir croisé à nouveau en liberté, un mois à peine après sa condamnation.  Je n’avais pas regretté ce geste, et je ne le regrette toujours pas. J’avais une telle colère en moi. Comment pouvait-on l’avoir libéré si tôt ? Il devait passer pratiquement le reste de sa vie en prison. J’étais passé au tribunal pour l’enquête du meurtre. J’étais évidement la suspecte numéro un pour les policiers, étant sa fille en plus d’être une de ses victimes.  J’avais réussi à éviter de me faire découvrir grâce au manque de preuve découverte par la police, ainsi que grâce au témoignage de Tae Oh, que de mes collègues de travaille et quelque connaissance. Je n’avais pas encore réussi à avoué mon crime. Ni à Tae Oh, ni à Yuri. Mais comment pouvais-je leur annoncé une chose pareil ? Comment allaient-ils réagir ? J’avais si peur que je m’étais enfermer seule dans ce mensonge, avec la peur qu’un jour il ne soit dévoilé. Ça me rongeait de plus en plus à chaque jour qui passe. Mes pensé dérivait régulièrement la dessus. Peut-être que finalement, l’avouer à quelqu’un aurait pu m’aider à aller mieux ? Mais pour ne rien arrangé, depuis le tribunal je me sentais fortement observé et suivit. Au début ça n’était qu’une impression, mais au fil du temps, mes soupçons ce sont confirmé. Il y a bien une personne qui me surveille. J’avais l’impression d’être une proie traqué par un prédateur féroce, qui n’attendait qu’une chose ;  une occasion de me croquer. J’avais par ailleurs eu des soupçons sur une personne, présente en de nombreux lieu au même moment que moi. Une femme aux cheveux court. Elle était vraiment magnifique. Elle avait un visage si naturel.  Je n’étais évidement sur de rien, mais ça devenais vraiment régulier que je la croise un peu partout. Je voulais donc prendre mon courage à deux mains, et l’aborder une bonne fois pour toute. Je ne savais pas comment je pouvais mis prendre. Je réfléchissais tout en pianotant à grande vitesse sur mon écran de portable, installé dans un café du quartier Aoruji. La jeune femme dont je parlais était d’ailleurs installée à quelque table du bar ou j’étais moi même assise. Je ne relevais pas la tête vers elle, mais je sentais son regard posé sur moi. Ce qui me rendait d’autant plus nerveuse. Je jetais tout de même quelque coup d’œil rapide en ça direction, essayant de me décidé à l’aborder. J’avais déjà remarqué qu’elle possédait quelque tatouage, peut-être serais-ce une façon pour moi d’aller lui parler ? J’avais alors verrouillé mon téléphone et pris mon étui à guitare pour le remettre sur mon épaule et me diriger vers la table de la jeune femme. Arrivé face à elle, je m’étais arrêté, et je la regardais dans les yeux, une main sur le dossier de la chaise située face à elle.

« Bonjour, la place est libre ? »


HRP:
 
©️junne.


KILL, SMOKE, TEARS
Le début est la fin, et la fin est le début. ▬ Dans ce cas, commençons à nouveau, et à chacun sa propre histoire
avatar
Avatar : Wylona Hayashi
Qui es-tu ? :
Ishida Makoto
19 ans



Impulsive † Sensible † Sociable † Manque de confiance en elle † Indifférente † Attachante † Sincère † Franche † Fidèle † Ambitieuse † Débrouillarde † Assidue † Observatrice † Têtue † Lunatique † Sarcastique † Rebelle † Caractérielle † Forte † Affectueuse

† Quand Makoto étais jeune, elle avait du mal à ce lié d'amitié avec les garçons, mais depuis sa rencontre avec Tae Oh, elle n'a plus de problème à ce niveau la † Elle pense tout de même les hommes en général sont des obsédés † Makoto joue de la guitare acoustique et électrique † Elle n'écoute que tu rock ou du métal † Elle est très petite en taille et porte souvent des chaussures à plateforme style Creepers † Elle adore aller dans des salon ou expos de tatouage † Elle possède un tatouage sur le poignet droit ainsi que un sur le ventre



Elle est née à Kyul d'un père et d'une mère japonais. Sa mère aillant une santé plus que fragile, elle meurt juste après son accouchement. Makoto vie alors avec son père, et est élevé par sa nourrisse Yuri qui ce fait abuser par son père. Makoto appendra tout cela à ses 12 ans en descendant après l'heure du couché. Elle ce sentira très coupable de ce qui arrive à Yuri, pensant sincèrement qu'il aurait mieux valu qu'elle ne naisse pas, pour Yuri et pour sa mère. Elle rentrera au collège et fera la rencontre de Tae Oh. Ils deviendront vite meilleur ami et passera presque tout ses après midi chez lui. Elle a bien remarquer que Tae Oh vivait juste avec son frère, mais elle n'a jamais osé lui poser la moindre question à propos de ses parents. Il l’emmènera finalement les voir à leurs tombes un jours. Elle rentra au lycée avec Tae Oh qui est devenu plus sérieux dans ses études, aillant trouvé sa vocation contrairement à elle. Yuri ne viendra plus s'occuper de Makoto, étant assez grande pour s'occuper d'elle seule. Elle deviendra alors la nouvelle victime de son père car il n'aura plus Yuri pour assouvir ses envies. Grace à Yuri et Tao Oh, elle se dirigera dans le tatouage en se présentant à de diffèrent salon et expos. Elle sera par la suite remarqué par le propriétaire d'un salon de Kyul qui tombera amoureux de son travail et l'embauchera comme apprenti, lui offrant un emplois ainsi qu'un logement loin de son père. Elle tentera alors de s’enfuir discrètement mais ce fera remarquer par son père et sera une nouvelle fois abusé et presque torturé. Elle réussi cependant à s’enfuir pendant que son père est au travail. Elle racontera tout à Tae Oh et Yuri qui la pousseront à porter plainte, il sera donc arrêté par la police et ce fera injecter le sérum pour être relâche dans une autre ville de l'île, la ou Makoto le croisera pendant une expo. Folle de rage, elle ira l’assassiner devant chez lui à l'aide une pierre en lui fracassent le crane. Par manque de preuve, elle ne se fera pas découvrir, mais maintenant un A.O.A est charger de la surveiller pour enlever tout doute qui pourraient planer sur elle.





UNE TAE OH LOVERS!:
 

Les fifiches : Histoire - Liens - cellphone - Fiche personnage
Messages : 113
Date d'inscription : 12/07/2017
Civilis
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa Mar 1 Aoû - 15:56


Flowers in my hair, demons in my head

Feat. Ishida Makoto & Hwang Eléa

Eléa abhorrait son travail d’A.O.A et ce sérum érigé comme solution miraculeuse contre la criminalité. Comment pouvait-on consciemment injecter à des individus un soi-disant remède capable d’altérer leurs souvenirs même les plus anciens ? Comment pouvait-on oser modifier la vie entière de ces hommes et les remodeler selon un sens de la justice arbitraire ? Certes, ces derniers s’avéraient être des criminels coupables de faits difficilement pardonnables… Mais les créateurs de ce sérum avaient-ils conscience des vies qu’ils pouvaient détruire ? Avaient-ils seulement conscience des conséquences qui découlaient de ce mensonge donné à la population… ? Ces criminels méritaient d’être jugés et non condamnés à une peine semblable à une mise à mort. Mais le gouvernement en avait décidé autrement. Alors la jeune femme continuer d’assumer son rôle d’A.O.A. Elle devait continuer de surveiller ces criminels, de suivre le moindre de leur geste, d’analyser la moindre de leur parole. Pourtant, elle désirait tant exposer la vérité aux yeux du monde et de ces habitants rendus aveugles. Mais au fond, elle est partagée entre son désir de montrer la réalité, animé entre autre par la colère qui circulait dans ses veines depuis la mort d’une personne qu’elle avait aimé, et sa peur viscérale qui ne semblait pas vouloir quitter ses entrailles ? Elle était ainsi effrayée, effrayée à l’idée de répercussions qui pourraient en résulter. Comment les habitants réagiraient-ils s’ils venaient à apprendre que l’île n’était qu’une tromperie ? Mais plus elle réfléchissait à cette question, et plus elle ne souhaitait pas connaître la réponse.

Soupirant alors longuement, la masseuse fut extirpée de ses pensées par un serveur qui vint déposer la boisson qu’elle  avait commandé sur la table du café. Après l’avoir remercié en accompagnant ses dires d’un sourire, Eléa posa son regard sur une jeune femme assise non loin d’elle, jeune femme s’avérant être l’un des criminels qu’elle devait surveiller. Depuis plusieurs semaines, elle n’avait cessé de marcher derrière ses pas en essayant de faire preuve de discrétion. Mais ce dernier point ne semblait pas être une qualité chez l’A.O.A, puisque leurs regards s’étaient constamment croisés, tout comme ce jour-là. Et à l’instant même où elle trempa ses lèvres dans son café, les prunelles de la jeune femme avaient transpercés les siennes. Mais au lieu de détourner le regard, Eléa s’était perdue dans la contemplation de son visage qu’elle trouvait si délicat et magnifique, avant de manquer de renverser sa tasse quand elle l’aperçut s’approcher dans sa direction avec son étui à guitare sur le dos. Elle reposa alors précipitamment son café sur la table en bois et esquissa un sourire, sourire qui s’était dessiné machinalement sur son visage. Peut-être était-ce dû à un simple réflexe de politesse. Ou peut-être était-ce dû à tout autre chose. « Bonjour… Oui, vous pouvez vous asseoir ici si vous le souhaitez… » Tandis qu’elle l’observait s’asseoir tranquillement à ses côtés, un sentiment d’inquiétude naquit dans ses entrailles. Elle redoutait la conversation qui allait suivre. Et elle redoutait les questions qu’elle pourrait lui poser, questions auxquelles elle ne pourrait vraisemblablement répondre.
S a n i e




 House Of Cards
Like there’s no tomorrow, like there’s no next time. Everything that you’ve done in front of my eyes, it’s a complete darkness. Say it like you mean it. In the end, we can’t make it. Even so, I keep hoping, even at the end, if you’re with me, I’m okay.
© ZIGGY STARDUST.
avatar
Avatar : Amber Liu [f(x)]
Qui es-tu ? : UC.
Les fifiches : PrésentationFiche de liensTéléphoneFiche personnageJournal RP
Messages : 105
Date d'inscription : 07/06/2017
A.O.A
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa Ven 25 Aoû - 20:07

Flowers in my hair, demons in my head
†i'm mentally exhausted†
Hwang Eléa & Ishida Makoto
tenue † Je me tenais debout, devant cette femme qui me suivait maintenant depuis un certain nombre de semaine.  Elle avait commandé un café et était prête à le boire quand j’avais fait éruption à ça table, lui demandant si la place était libre. La pauvre n’avait pas l’air d’avoir tout saisie tandis qu’elle me répondait que la place était bien libre. Je m’assis alors en face d’elle, reposant mon étui de guitare à mes cotés. Je n’étais pas du genre timide. J’étais très franche et allait toujours droit au but. Mais pour une fois, j’allais essayer de faire preuve de tact pour aller doucement la ou je voulais en venir. Je n’arrêtais pas de regarder la jeune femme assise face à moi. Elle était définitivement magnifique. Ses cheveux court lui allait vraiment bien et son style encore plus. Je la contemplais de haut en bas, scrutant le moindre détail. Oui, je n’étais pas du genre à vouloir cacher mon orientation sexuelle non plus, alors je la regardais très franchement, sans discrétion, mais sans non plus faire de commentaire. Tandis que je cherchais une excuse pour avoir voulu m’installer au près d’elle, mon regarde tomba alors face au tatouage qu’elle possédait sur le bras. Je relava alors la tête vers elle avec un large sourire sur les lèvres.

« Vos tatouages sont magnifique, je peux les regarder de plus près s’il vous plait ? »

Elle m’avait alors gentiment tendu son bras pour que je puisse observer les moindres détails de l’œuvre qu’elle possédait encré dans son épiderme. J’avais alors relevé les yeux vers elle et sont regard  m’avait transpercé. La jeune inconnue et moi n’avions jamais été aussi proche que ça et nos regarde ne c’étaient alors jamais croisé à cette proximité. Mes pupilles étaient alors plantées dans les siennes, quand son visage fini par m’être familier.

Oui je me souviens maintenant. Cette jeune femme est une cliente du Tattoo shop ou je travaille. Nous nous sommes déjà vus un soir ou elle se faisait tatouer par mon patron tandis que je m’occupais d’un autre client. Ce jours la aussi nos regarde c’était croisé de la même manière alors que nous regardions toutes deux le travail que mon collègue avait accomplis avec son idée.  Je ne pus alors une nouvelle fois empêcher un large sourire de naitre sur mes lèvres, la regardant les yeux brillant.

« Vous vous êtes déjà faites tatouer au Karasu Tattoo n’est-ce pas ? Je suis sur de vous avoir déjà vu la aussi ! »

Le mot « aussi » n’avait pas pu s’empêcher de franchir mes lèvres, j’avais alors ramené mes mains sur ma bouche comme une enfante qui aurait dit une bêtise l’aurait fait.  J’espérais qu’elle ne fasse pas attention au petit mot de trop qui était sorti à cause de l’excitation. Je tenais vraiment à faire les choses bien et à ne pas être trop directe avec elle. Ce qui était d’ailleurs bizarre car en temps normal, si je me retrouvais face à quelqu’un qui me suivait non stop, je lui en collerais une bonne dans la tête. Mais pas avec elle. Malgré cela, elle avait l’air d’être vraiment gentille et d’avoir un bon fond. Peut-être que je pensais comme ça parce que je la trouvais vraiment belle et que je ne me cachais pas du fait qu’elle me plaisait beaucoup. Mais ça, je pouvais le savoir qu’en parlant avec elle.



©junne.


KILL, SMOKE, TEARS
Le début est la fin, et la fin est le début. ▬ Dans ce cas, commençons à nouveau, et à chacun sa propre histoire
avatar
Avatar : Wylona Hayashi
Qui es-tu ? :
Ishida Makoto
19 ans



Impulsive † Sensible † Sociable † Manque de confiance en elle † Indifférente † Attachante † Sincère † Franche † Fidèle † Ambitieuse † Débrouillarde † Assidue † Observatrice † Têtue † Lunatique † Sarcastique † Rebelle † Caractérielle † Forte † Affectueuse

† Quand Makoto étais jeune, elle avait du mal à ce lié d'amitié avec les garçons, mais depuis sa rencontre avec Tae Oh, elle n'a plus de problème à ce niveau la † Elle pense tout de même les hommes en général sont des obsédés † Makoto joue de la guitare acoustique et électrique † Elle n'écoute que tu rock ou du métal † Elle est très petite en taille et porte souvent des chaussures à plateforme style Creepers † Elle adore aller dans des salon ou expos de tatouage † Elle possède un tatouage sur le poignet droit ainsi que un sur le ventre



Elle est née à Kyul d'un père et d'une mère japonais. Sa mère aillant une santé plus que fragile, elle meurt juste après son accouchement. Makoto vie alors avec son père, et est élevé par sa nourrisse Yuri qui ce fait abuser par son père. Makoto appendra tout cela à ses 12 ans en descendant après l'heure du couché. Elle ce sentira très coupable de ce qui arrive à Yuri, pensant sincèrement qu'il aurait mieux valu qu'elle ne naisse pas, pour Yuri et pour sa mère. Elle rentrera au collège et fera la rencontre de Tae Oh. Ils deviendront vite meilleur ami et passera presque tout ses après midi chez lui. Elle a bien remarquer que Tae Oh vivait juste avec son frère, mais elle n'a jamais osé lui poser la moindre question à propos de ses parents. Il l’emmènera finalement les voir à leurs tombes un jours. Elle rentra au lycée avec Tae Oh qui est devenu plus sérieux dans ses études, aillant trouvé sa vocation contrairement à elle. Yuri ne viendra plus s'occuper de Makoto, étant assez grande pour s'occuper d'elle seule. Elle deviendra alors la nouvelle victime de son père car il n'aura plus Yuri pour assouvir ses envies. Grace à Yuri et Tao Oh, elle se dirigera dans le tatouage en se présentant à de diffèrent salon et expos. Elle sera par la suite remarqué par le propriétaire d'un salon de Kyul qui tombera amoureux de son travail et l'embauchera comme apprenti, lui offrant un emplois ainsi qu'un logement loin de son père. Elle tentera alors de s’enfuir discrètement mais ce fera remarquer par son père et sera une nouvelle fois abusé et presque torturé. Elle réussi cependant à s’enfuir pendant que son père est au travail. Elle racontera tout à Tae Oh et Yuri qui la pousseront à porter plainte, il sera donc arrêté par la police et ce fera injecter le sérum pour être relâche dans une autre ville de l'île, la ou Makoto le croisera pendant une expo. Folle de rage, elle ira l’assassiner devant chez lui à l'aide une pierre en lui fracassent le crane. Par manque de preuve, elle ne se fera pas découvrir, mais maintenant un A.O.A est charger de la surveiller pour enlever tout doute qui pourraient planer sur elle.





UNE TAE OH LOVERS!:
 

Les fifiches : Histoire - Liens - cellphone - Fiche personnage
Messages : 113
Date d'inscription : 12/07/2017
Civilis
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa Dim 10 Sep - 21:28


Flowers in my hair, demons in my head

Feat. Ishida Makoto & Hwang Eléa

Tandis que la jeune femme prenait place à ses côtés, Eléa eut la soudaine envie de s’infliger une gifle mentale. A cause de son manque de discrétion, elle avait laissé des soupçons se dessiner dans l’esprit de la personne qu’elle se devait de surveiller. Elle allait donc devoir user du mensonge si des questions indiscrètes venaient s’immiscer dans la conversation, alors que son envie profonde était plutôt de révéler toute la vérité qui enveloppait l’île d’Aikoyangi. Mais cette possibilité s’avérait inconcevable et elle était condamnée à dissimuler les nombreux secrets, quand bien même ces derniers soient parfaitement condamnables… Et alors que ses prunelles se posèrent finalement sur la nouvelle venue, l’A.O.A arqua légèrement ses sourcils quand elle aperçut le regard un peu trop « observateur » qu’adoptait sa voisine à son égard. Bien que ce comportement ne la rebutait pas, elle n’en demeurait pas moins sensiblement gênée. Et avoir la sensation d’être dévisager dans les moindres détails n’était pas une expérience des plus apaisantes. Néanmoins, sa réaction était finalement bien paradoxale étant donné qu’elle ne pouvait se retenir également de contempler de ses prunelles la jeune femme assise en face d’elle.

Et alors qu’Eléa se perdait inconsciemment dans sa contemplation, la voix douce de sa voisine brisa le silence qui s’était installé. Déconcertée, la masseuse papillonna doucement des yeux et dû s’octroyer quelques secondes avant de parvenir à se concentrer sur la conversation. Son regard se posa finalement sur l’un de ses bras tatoués qui semblait intéressé la jeune femme. « Merci… Et euh… oui, oui, ça ne me dérange pas. » Docile, elle rapprocha cette partie de son corps dans sa direction en esquissant avec une curieuse spontanéité un sourire sur ses lèvres. Et contrairement à quelques minutes auparavant, la gêne qui avait saisit l’A.O.A s’était progressivement estompée, comme si elle commençait à s’habituer et à apprécier le regard qu’adoptait sa vis-à-vis à son encontre. Regard qu’elle finit d’ailleurs par croiser. Et l’espace de quelques instants, les deux jeunes femmes s’observèrent sans prononcer le moindre mot. Les prunelles de la masseuse contemplèrent ce visage qu’elle ne cessait de trouver plus sublime de secondes en secondes. Elle était belle, elle ne pouvait le nier.

Un sourire se dessina alors sur les lèvres de sa voisine, sourire qu’Eléa imita de nouveau instinctivement mais qui s’effaça de manière presque imperceptible quand la civilis prononça quelques mots. Désormais, elle en était persuadée, elle avait parfaitement manqué de discrétion au cours de ses filatures. Le terme « aussi » que la jeune femme avait employé, ainsi que son soudain comportement, bien qu’absolument adorable aux yeux de la masseuse, ne laissaient place à aucun doute.

Soupirant mentalement, Eléa fit mine de ne pas comprendre la raison de son attitude. Du moins, elle espérait parvenir à ne rien laisser paraître sur son visage. « C’est exact. J’avais entendu beaucoup d’avis positif sur ce salon alors je me suis empressée d’y aller. » Et elle se souvenait parfaitement d’elle, de son visage, de son sourire, de sa bonne humeur qui avait émané de son être pour l’accueillir dans la boutique, de son regard attentif qu’elle avait posé sur le dessin que son patron réalisait, de son aptitude presque inné pour capturer les idées des clients et les mettre forme de dessins… Oui, elle se souvenait de beaucoup de détails la concernant, alors qu’à cette période, elle n’était pas encore une personne qu’elle se devait de surveiller. Elle l’avait marqué, et son souvenir ne s’était encore jamais effacé de sa mémoire. « Et maintenant que vous le dites, je me souviens de vous. Vous y travaillez n’est-ce pas… ? Je me rappelle encore du dessin que vous aviez réalisé par l’un des clients… Il était tout simplement magnifique, vous avez beaucoup de talent. » Un sourire empli de sincérité s’esquissa sur ses lèvres fines, tandis qu’elle laissa sa tête reposer sur la paume de sa main. « Vous dessinez depuis longtemps ? » Cette question lui permettait finalement de récolter de potentielles informations pour son travail d’A.O.A, mais également d’assouvir sa propre curiosité concernant cette jeune femme qui l’intriguait et la fascinait.
S a n i e




 House Of Cards
Like there’s no tomorrow, like there’s no next time. Everything that you’ve done in front of my eyes, it’s a complete darkness. Say it like you mean it. In the end, we can’t make it. Even so, I keep hoping, even at the end, if you’re with me, I’m okay.
© ZIGGY STARDUST.
avatar
Avatar : Amber Liu [f(x)]
Qui es-tu ? : UC.
Les fifiches : PrésentationFiche de liensTéléphoneFiche personnageJournal RP
Messages : 105
Date d'inscription : 07/06/2017
A.O.A
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Flowers in my hair, demons in my head Ft Hwang Eléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BEE ☮ Oh I wish I was a punk rocker with flowers in my hair, in sixty-nine revolution was in the air.
» {2 pkmns sauvages} « Flowers in my hair
» demons live in my head. (r)
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» un rp avec un demons?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember You ... :: Kyul :: Aoruji :: Café-