AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'hésitez pas à jeter un œil aux scénarios des membres heart
Nous sommes actuellement en septembre 2057 sur le forum heart
La MAJ 5 du forum est arrivée, rendez-vous par ici pour réagir heart
Nous venons de passer en septembre, n'oubliez pas de poster un nouveau message dans votre journal RP pour ce mois-ci siouplet !

Partagez| .

Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Dim 22 Jan - 15:35


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Tes mains passaient sur son torse, sur son corps si bien sculpté. Tes lèvres ne quittaient pas les siennes sauf lorsque l’un d’entre vous allait pour explorer le corps de l’autre avec ses lèvres. Le désir montait dans le bas de ton ventre alors que la température de la pièce ne faisait que s’accroitre. Tu désirais tellement son corps. Depuis des années tu ne faisais que le désirer sans pouvoir y gouter. Tu ne faisais qu’observer le corps de ton colocataire Alexander, tu te retenais pour ne pas le toucher plus que de raison. Cet homme te mettait dans tous tes états.
Une sorte de plainte ressemblant à un gémissement sortit de tes lèvres alors que tu relevais. Tes cheveux étaient trempés tandis que ton visage était couvert de sueur. Ta main passa dans tes cheveux pour les remettre en arrière et vu le rêve que tu venais de faire, tu dus aller dans la salle de bain pour remettre tes idées en place tout en réglant discrètement le problème que tes songes avaient créé. Une fois que cela fut fait, un soupir quitta tes lèvres tandis que tu passais tes mains sous l’eau froide pour les laver. Tu passas ensuite de l’eau sur ton visage avant de t’essuyer et de sortir, vêtu d’un simple boxer.

Alors que tu avançais dans l’appartement faiblement éclairé par la lumière du dehors, tu finis par t’arrêter en entendant un bruit dans l’appartement. Celui de la télévision. Tu fis un rapide détour par la cuisine pour boire un verre d’eau avant de rejoindre le salon où Alexander était. Malgré les nombreux flashs qui te traversaient l’esprit, tu rejoignis ton colocataire sans signaler ta présence. Ton passé d’agent pour l’île t’avais appris à être aussi discret qu’un chat et, de ce fait, tu pus te glisser derrière ton scientifique préféré pour passer doucement tes mains sur ses épaules nues et les masser comme tu pouvais avoir l’habitude de faire.
Au bout de quelques minutes, tu finis par te pencher vers son oreille avec un léger sourire. Ta langue passa sur tes lèvres alors que tu tentais de ne plus penser au rêve que tu venais de faire.

« Tu devrais aller te coucher. Trop veiller n’est pas bon pour ta santé… Un scientifique aussi brillant que toi devrait le savoir ou alors… Tu aimes quand je m’occupe de toi ? »

Te sentir indispensable pour cet homme était un sentiment dont tu ne te lasseras certainement jamais.



Can you feel it?
La solitude, la peur te sont bien connus mais aujourd'hui c'est à ses côtés que tu marches. C'est à ses côtés que tu aperçois un semblant de bonheur  ▬ ©bat'phanie.
avatar
Avatar : Yang Hong Seok
Les fifiches : My StoryLiensJournal rpCellphone
Messages : 245
Date d'inscription : 03/01/2017
Memoria - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Dim 22 Jan - 16:51


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Entre tes études et « ça », tu ne savais plus où donner de la tête. Tes insomnies se faisaient de plus en plus importantes et fréquentes, et pourtant, tu n’avais pas tant besoin que ça de ce temps de sommeil perdu. Tu savais pertinemment que ça t’empêchait de cauchemarder, alors tu t’en fichais, un peu. Un soufflement de désagrément glissa de tes lèvres tandis que tu refermais ton ordinateur sur lui-même, cherchant la motivation pour te lever de ta chaise. Un regard sur ton radio-réveil numérique t’indiqua qu’il était désormais deux heures du matin ; tu ne dormais toujours pas. Tu n’avais pas envie de dormir. Tu avais déjà tellement d’avance sur ton programme scolaire - à force de passer tes nuits à travailler - que tu ne savais plus quoi faire dorénavant. Une poussée de tes jambes sur le sol te permit de reculer de ton bureau, tu fis tourner ton siège vers la porte de ta chambre, réfléchissant à ce que qui allait bien pouvoir t’occuper pour les heures à venir, puis tu t’étais finalement levé pour rejoindre le salon.

Blottis dans le canapé, tu songeais. La télévision était allumée sur une émission que tu ne prenais même pas la peine de regarder. De toute façon, à cette heure-ci, tout ce qui pouvait bien remplir le programme TV était d’une nullité sans fin. Comment pouvait-on permettre la diffusion de telles sottises … En fait, tu t’en fichais royalement, et revenant à la réalité, ton index appuya automatiquement sur le bouton de la télécommande. Une première fois pour baisser le son, ton colocataire dormait lui depuis déjà quelques temps, puis une seconde fois pour changer de programme. Voilà que tu faisais défiler les différentes chaînes sans en trouver une seule à ton gout. Étais-tu si compliqué que ça … ? Finalement, tu jetas ton dévolu sur un film déjà bien entamé. Tu n’aimais pas tant que ça les thrillers, ni arriver au beau milieu d’une histoire, mais c’était actuellement la seule chose potable qui pouvait attirer ton attention. Mais encore une fois, tes pensées dérivèrent sur autre chose. Si bien que lorsque les mains - plutôt froide - de ton ami vinrent se poser sur tes épaules - te sortant ainsi brusquement de tes songes - tu ne pus retenir ce léger sursaut, te redressant mécaniquement, et frissonnant involontairement au contact si frais de ses mains sur tes épaules dénudées. Sans rien dire, tu profitais de ce massage qu’il commençait à te faire, te décontractant au fur et à mesure, pour en apprécier les mouvements réguliers on ne peut plus agréable. Sans rien dire, tu avais fermé les yeux.

Lorsqu’il prit la parole, tu penchas légèrement la tête vers lui, pour retrouver son visage à une dizaine de centimètre à peine du tien. Dans la pénombre de la pièce, tu distinguais quand même ses traits que tu connaissais, à force, par cœur. Un fin sourire vint courber le coin de tes lèvres. « Je ne suis pas fatigué. »  Foutaise, tu l’étais, mais tu ne l’admettais pas.  « Et tu sais que j’aime toujours quand on s’occupe de moi. » Ou pas.  Mais quand c’était lui, la question ne se posait pas.





You're my world
That’s the only thing that remains - The moment we faced the edge of despair - Behind the late regrets - Only traces remain like ash - Protect you, don’t ever let me go - Even if the world turns against you - You are my universe universe - I can be your pentagon - You and I.
byfantasy
avatar
Avatar : Yeo Chang Gu
Qui es-tu ? :
Né à Hanari en Février 2035 d'origine anglaise et aikoyangienne, Alexander n'était pas attendu. Il avait un grand frère de 8 ans son ainé, passionné de Chimie. Ses parents ont toujours préféré son grand-frère à lui, l'image même de l'enfant parfait. William (de son prénom), a quant à lui toujours privilégié son petit frère qu'il aimait plus que tout au monde.

A ses 10 ans, alors qu'il revenait de course avec son frère, ce dernier s'est fait tiré dessus par un inconnu. Caché derrière une caisse, il a pu assister à cette scène où plusieurs personnes, qui étaient loin de ressembler à des policiers, avait attrapé le meurtrier de William. Il n'a jamais eu plus d'information au sujet de son frère et de son meurtre.



Alexander s'était renfermé sur lui-même, restant silencieux tout le temps, et ses résultats scolaires ne cessaient de régresser (déjà qu'ils étaient très bas) - ce qui engendra un décrochage scolaire. Le psy qu'il consultait mettait ça sur le choc de la mort de son frère. Seulement, personne ne savait qu'il avait assisté en direct à son meurtre.

C'est pourquoi ses parents avaient ensuite décidé de l'envoyer à Londres, où sa famille maternelle vivait. Mais c'est finalement dans un grand internat très stricte qu'il a fait sa rentrée de fin de 1ère année de collège. (Sa famille maternelle descendant directement d'une grande famille bourgeoise britannique). Alex n'arrivait pas à suivre le rythme, son niveau scolaire était tel qu'il était le dernier de tout l'établissement.

Xander, pressé de quitter cet endroit, passait le peu de son temps libre à rattraper son retard à la bibliothèque, et c'est ainsi qu'il s'est découvert - en tombant sur un livre de physique/chimie - une passion comme William pour toutes ces choses scientifiques. Il a par la suite lu tellement de livre sur le sujet et énormément travaillé, pour pouvoir accomplir le rêve de William à sa place (rentrer dans l'Université de Kyul pour devenir scientifique).



A force de travailler, il avait réussi à remonter dans les premières places. Il a quitté l'internat à ses 14 ans, avec déjà énormément de connaissance en science. On ne peut plus mature, il avait refusé de revoir ses parents, et a décidé de s’installer à Kyul (quand même financé par ses parents.). Il a un jour recroisé le meurtrier de son frère qui semblait ne se rappeler de rien, et a donc fait des recherches sur le pourquoi du comment on pouvait effacer ainsi la mémoire. (pendant 2 ans).

Ce n'est que peu de temps après ses 18 ans qu'on est venu le voir pour le recruter en tant qu'AOA, alors qu'il commençait ses études en Chimie. Il n'a pas pu refuser, lui même à la recherche de la vérité derrière tout ça. Seulement, personne ne sait, sauf Yong Min, qu'il est tout simplement contre tout ça, et que donner une seconde chance aux criminels l'insupporte.

Les fifiches : HistoryRelationShipMobile PhoneJournal des RPS
Messages : 220
Date d'inscription : 03/01/2017
AOA - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Dim 22 Jan - 17:47


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Sans savoir exactement pourquoi, tu n’avais pu t’empêcher de t’approcher de ton colocataire pour le toucher et, ce, malgré le rêve que tu venais de faire. En le touchant, comme tu avais pu t’en douter, des images de ton rêve revinrent à ton esprit alors que tu te penchais pour lui parler doucement à son oreille. Tu ne savais pas pourquoi tu ressentais autant de désirs pour lui, tu ne savais pas pourquoi ton esprit s’accrochait autant à lui. Peut-être parce que, tous les deux, vous étiez similaire, à ne pas vouloir perdre de temps avec l’amour mais aussi, peut-être était-ce parce qu’il était le seul à te comprendre et le seul à être aussi proche de toi.
En voyant son visage à quelques centimètres du tien, ton cœur commença à battre un peu plus fort dans ta poitrine. Tu ne voulais pas ressentir autant de choses mais c’était bien trop fort pour toi, tu ne pouvais rien y faire à part être spectateur de tes émotions. Tu n’en étais pas encore acteur pour le moment.

Instinctivement en le voyant si proche de lui, ta langue passa sur tes lèvres pour les humidifier puis tu te penchas un peu plus vers lui. Vos visages n’étaient plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre, tu pris énormément sur toi pour ne pas l’embrasser mais tu réussis à le regarder sévèrement tout en affichant une moue boudeuse.

« Tu es fatigué Alexander, je vois tes cernes. Tu devrais essayer de dormir ou alors… De mieux mentir. »

Tu lui disais cela -très sérieusement en plus- mais, pourtant, tu ne dormais pas. Même si les raisons pour lesquelles tu étais debout étaient certainement différentes tu n’étais, actuellement, pas le mieux placer pour en parler. Un sourire malicieux finit par étirer tes lèvres alors que tu l’observais, tu mémorisais un peu plus les traits de son visage que tu connaissais pourtant par cœur mais c’était plus fort que toi. Tu aimais te perdre dans la perfection qu’il pouvait représenter. Tu aimais aussi constater à quel point tu arrivais encore à lui résister sans succomber à la tentation.

« Maintenant file au lit sinon je t’embrasse jusqu’à ce que tu tombes dans les pommes à cause du manque d’air… Et tu sais que je tiens plus longtemps que toi sans respirer. »

Le sérieux pouvait se lire dans tes yeux, signe que tu étais loin de plaisanter. Tu avais cette fâcheuse tendance à te faire du mal pour son bien mais tu t’en fichais, il passait avant tout. Il était la seule personne dans ce monde qui avait de l’importance pour toi, c’était ta seule attache, c’était le seul à en savoir autant sur toi. Les autres ne connaissaient que ce personnage qu’ils avaient voulu construire grâce au sérum et qui n’avait pas fonctionné. Les pauvres, ils allaient comprendre à quel point la science pouvait être dangereuse. A quel point tu pouvais être dangereux.
Continuant de regarder Alexander, tu attendais sa réponse ou plutôt sa réaction. Il ne savait pas qu’il ne te laissait pas indifférent, il ne pouvait pas non plus le deviner parce que tu intériorisais énormément. Tu gardais aussi quelque chose pour toi : le fait que tu saches qu’ils faisaient des cauchemars. Ces nuits-là, discrètement, tu te glissais à ses côtés en espérant que ça le calme et tu t’endormais souvent alors que tu l’observais dormir mais il n’en sut jamais rien et il n’en saura jamais rien puisque tu te réveillais toujours avant lui.


Can you feel it?
La solitude, la peur te sont bien connus mais aujourd'hui c'est à ses côtés que tu marches. C'est à ses côtés que tu aperçois un semblant de bonheur  ▬ ©bat'phanie.
avatar
Avatar : Yang Hong Seok
Les fifiches : My StoryLiensJournal rpCellphone
Messages : 245
Date d'inscription : 03/01/2017
Memoria - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Jeu 16 Fév - 0:00


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Tu avais difficilement mis la main sur un programme pouvant te changer les idées. Et tu ne faisais qu’observer droit devant toi sans porter une réelle attention aux images qui défilaient devant tes yeux. Tu n’arrivais pas à dormir, comme bien souvent ces derniers temps, et voilà que même te poser sur le canapé du salon ne te permettait plus de passer à autre chose. Tes pensées dérivaient toujours, et jamais vers ce qu’il te fallait. Quand bien même tu faisais tout ton possible pour les diriger vers un sujet plutôt plaisant, tu retombais à chaque fois sur ce que tu cherchais à tout prix à éviter, et ça t’énervait au plus haut point. A peine la télévision lancée que tu t’étais de nouveau égaré, ne portant aucune attention à tes alentours. Alors quand Yong Min vint te sortir de tes idées, tu restas silencieux quelques minutes, répondant ensuite à ses dires, essayant de plaisanter un petit peu. Mais le jeune homme semblait on ne peut plus sérieux désormais.

Ton visage affichait inconsciemment une petite moue tandis que tu ramenais tes genoux vers toi, passant tes bras autour, et déposant ton menton dessus. « Je ne suis pas fatiguée, je te dis. » Il avait raison, tu devais apprendre à mieux mentir, mais quand il était dans les parages, tu avais de plus en plus de mal à lui cacher quoi que ce soit. Tu lui cachais déjà assez de choses à ton goût, mais tu étais comme ça, tu cachais tout à tout le monde, et ce n’était décidément par pour lui que tu changerais, ou que tu serais prêt à changer. Du moins, c’est ce que tu te disais. Le pire, dans tout ça, c’est qu’il parvenait toujours, quand même, à discerner le vrai du faux dans ce genre de moment. Et ça te faisait peur. Tu avais peur de ne plus réussir à mentir, de ne plus réussir à te cacher derrière ce masque de glace. Tu savais pertinemment que tu allais devoir faire des efforts si tu ne voulais pas que cela arrive, si tu ne voulais pas qu’il en sache plus que de raison sur toi. Cependant, était-ce vraiment un problème qu’il connaisse ton histoire ? Qu’il connaisse tes plus grandes peurs, tes plus grandes angoisses … ? La chose dont tu avais le plus peur, aussi, était bien qu’il apprenne pour tes cauchemars. Ne serait-ce que parce qu’il s’agissait là de la première raison pour laquelle tu refusais catégoriquement d’aller dormir maintenant, et qu’il s’agissait surement du sujet dont tu ne voulais traiter avec personne. Strictement personne. Tes cauchemars, ton frère, cet homme, les AOA. Tu les avais tous en horreur. Tu ne supportais plus leurs apparitions venant brusquer ton sommeil. Tu resserrais l’étreinte autour de tes jambes. Ton regard semblait droit planté dans la télévision, mais il était bel et bien perdu dans le vide. Tu y repensais, alors que tu ne devrais pas. Tu inspiras longuement et tourna de nouveau la tête vers Yong Min qui n’avait pas bougé d’un pouce, et dont les lèvres s’étiraient lentement dans un sourire qui ne te disait rien de bon. Et tu avais vu juste. La phrase qui suivi te coupa presque la respiration. Si tu avais été en ce moment même en train de boire, il était certain que tu aurais tout recraché devant toi. Mais même ça, ça te fit sourire, un peu. « Ah oui ? Tu n’en serais même pas capable. » Ton sourire s’agrandît alors que regardait une nouvelle fois devant toi. « Tu m’aimes trop pour ça. » Tu n’avais pas forcément réfléchi avant de parler, et lui avait répondu naturellement. D’ailleurs, tu ne savais même pas s’il était réellement plus fort que toi ou non pour tenir le plus longtemps en apnée. Peut-être un jour, si par hasard vous vous retrouvez à la piscine, ou encore à la mer, par exemple, lui proposeras-tu ce défi, et vous verrez à ce moment-là lequel d’entre vous tient le plus longtemps. A ce moment-là, oui, tu le laisseras dire qu’il est plus fort que toi, mais pour l’instant, il était trop tôt pour que tu t’avoues vaincu. Ta main attrapa la télécommande, et tu baissas un peu le son, relevant la tête vers ton colocataire. « C’est moi qui t’ai réveillé ? Désolé. J’ai baissé le son, mais s’il le faut je peux baisser encore. »






You're my world
That’s the only thing that remains - The moment we faced the edge of despair - Behind the late regrets - Only traces remain like ash - Protect you, don’t ever let me go - Even if the world turns against you - You are my universe universe - I can be your pentagon - You and I.
byfantasy
avatar
Avatar : Yeo Chang Gu
Qui es-tu ? :
Né à Hanari en Février 2035 d'origine anglaise et aikoyangienne, Alexander n'était pas attendu. Il avait un grand frère de 8 ans son ainé, passionné de Chimie. Ses parents ont toujours préféré son grand-frère à lui, l'image même de l'enfant parfait. William (de son prénom), a quant à lui toujours privilégié son petit frère qu'il aimait plus que tout au monde.

A ses 10 ans, alors qu'il revenait de course avec son frère, ce dernier s'est fait tiré dessus par un inconnu. Caché derrière une caisse, il a pu assister à cette scène où plusieurs personnes, qui étaient loin de ressembler à des policiers, avait attrapé le meurtrier de William. Il n'a jamais eu plus d'information au sujet de son frère et de son meurtre.



Alexander s'était renfermé sur lui-même, restant silencieux tout le temps, et ses résultats scolaires ne cessaient de régresser (déjà qu'ils étaient très bas) - ce qui engendra un décrochage scolaire. Le psy qu'il consultait mettait ça sur le choc de la mort de son frère. Seulement, personne ne savait qu'il avait assisté en direct à son meurtre.

C'est pourquoi ses parents avaient ensuite décidé de l'envoyer à Londres, où sa famille maternelle vivait. Mais c'est finalement dans un grand internat très stricte qu'il a fait sa rentrée de fin de 1ère année de collège. (Sa famille maternelle descendant directement d'une grande famille bourgeoise britannique). Alex n'arrivait pas à suivre le rythme, son niveau scolaire était tel qu'il était le dernier de tout l'établissement.

Xander, pressé de quitter cet endroit, passait le peu de son temps libre à rattraper son retard à la bibliothèque, et c'est ainsi qu'il s'est découvert - en tombant sur un livre de physique/chimie - une passion comme William pour toutes ces choses scientifiques. Il a par la suite lu tellement de livre sur le sujet et énormément travaillé, pour pouvoir accomplir le rêve de William à sa place (rentrer dans l'Université de Kyul pour devenir scientifique).



A force de travailler, il avait réussi à remonter dans les premières places. Il a quitté l'internat à ses 14 ans, avec déjà énormément de connaissance en science. On ne peut plus mature, il avait refusé de revoir ses parents, et a décidé de s’installer à Kyul (quand même financé par ses parents.). Il a un jour recroisé le meurtrier de son frère qui semblait ne se rappeler de rien, et a donc fait des recherches sur le pourquoi du comment on pouvait effacer ainsi la mémoire. (pendant 2 ans).

Ce n'est que peu de temps après ses 18 ans qu'on est venu le voir pour le recruter en tant qu'AOA, alors qu'il commençait ses études en Chimie. Il n'a pas pu refuser, lui même à la recherche de la vérité derrière tout ça. Seulement, personne ne sait, sauf Yong Min, qu'il est tout simplement contre tout ça, et que donner une seconde chance aux criminels l'insupporte.

Les fifiches : HistoryRelationShipMobile PhoneJournal des RPS
Messages : 220
Date d'inscription : 03/01/2017
AOA - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Jeu 16 Fév - 1:05


Can you feel the desire during a spleepless night ?


En allant te coucher ce soir-là, tu ne t’attendais pas à te réveiller en sursaut ni même à devoir aller te soulager dans la salle de bain. Cependant, le destin en avait décidé autrement puisque tu avais dû aller régler ce petit problème avant de penser à aller te recoucher après avoir bu un verre d’eau. Néanmoins, cette pensée ne pouvait se réaliser dans l’immédiat puisque tu entendis du bruit dans le salon, signe que ton colocataire était réveillé. Oui, c’était certain qu’il était éveillé puisqu’il n’avait pas pour habitude de dormir avec la télévision allumé… Si c’était le cas, c’était certains que tu appellerais un médecin parce que ce ne serais pas quelque chose de normal venant de lui. Chez quelqu’un d’autre peut-être, chez lui, non, tu le connaissais assez pour cela. Curieux comme pas deux tu allais dans le salon où, comme tu le pensais, Alexander était. Il regardait bien la télévision, tu ne pouvais t’empêcher de t’inquiéter pour lui, pour sa santé surtout quand il te mentait de la sorte… N’avait-il pas un peu confiance en toi ? Ne pouvait-il pas te voir comme un soutient ? Parce que, oui, tu savais quand il mentait, mais tu ne savais pas ce qu’il te cachait et, de ce fait, tu ne savais pas comment l’aider.

« Si tu le dis… Dis-tu avec un soupir, signe que tu ne le croyais pas. »

Loin de toi l’idée de vouloir contrarier le jeune homme mais quand il faisait sa tête de mule secrète comme ça, c’était plus fort que toi, tu ne pouvais pas t’empêcher de laisser tes sentiments parler pour toi. Tu ne pouvais t’empêcher de lui reprocher ces mystères qu’il te cachait… Pourquoi ne comprenait-il pas que tu voulais juste l’aider ?
Pour essayer de l’envoyer dormir, tu approchas son visage du sien, le menaçant de le faire tomber dans les pommes par l’intermédiaire de l’apnée s’il n’allait pas au lit. Cependant, même si tu t’attendais à tout, surtout à ce qu’il t’envoie paître gentiment, tu tombas presque de haut en voyant son sourire mais, surtout en entendant sa remarque. Tu entrouvris légèrement les lèvres alors que ton cœur avait raté un battement. De quoi il parlait ? Comment pouvait-il soupçonner quoique ce soit ? Il disait ça dans le vent pour te tester ou était-il sérieux ? Fronçant les sourcils, ton visage finit par se fermer alors que tu continuais d’observer Xander ou plutôt que tu le fusillais du regard. Tu n’étais pas assez réveiller pour te rendre compte de ton comportement surtout lorsqu’un feulement agacé quitta tes lèvres.

« Tu n’es pas le centre du monde Xander, c’est pas forcément toi qui m’a réveillé, répondis-tu sèchement. »

Trop de fierté en toi pour lui avouer qu’il était la cause de ton réveil surtout que ça pourrait revenir à parler de ton rêve, chose que tu ne voulais pas. Cette fierté te fit aussi attraper le menton de Xander alors que tu rapprochais ton visage du sien avant de lui mettre tape sur la joue… Oui oui, une tape sur la joue. Pas très forte mais juste assez pour secouer ton colocataire selon toi. Elle était où l’armoire à glace de d’habitude ?

« Ne dis jamais plus une connerie pareille, à propos de l’amour Alexander. »

Tu ne comprenais pas ce qui pouvais te vexer à ce point, ni même pourquoi tu avais attrapé son menton pour tourner son visage vers toi. Sans savoir comment, tu posas tes lèvres sur les siennes avant de te reculer pour le regarder sérieusement.

« Visiblement, j’en suis capable. Visiblement, tu ne me connais pas aussi bien que tu veuilles le croire, conclus-tu vexé. »

La fatigue te faisait vraiment perdre tous tes moyens, tu n’arrivais plus à réagir correctement… Surtout que, sans t’en apercevoir tu reposas tes lèvres sur les siennes…



Can you feel it?
La solitude, la peur te sont bien connus mais aujourd'hui c'est à ses côtés que tu marches. C'est à ses côtés que tu aperçois un semblant de bonheur  ▬ ©bat'phanie.
avatar
Avatar : Yang Hong Seok
Les fifiches : My StoryLiensJournal rpCellphone
Messages : 245
Date d'inscription : 03/01/2017
Memoria - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Mar 21 Fév - 21:43


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Peut-être que la fatigue y était pour quelque chose, mais inconsciemment, tes lèvres s’étaient étirées dans un léger sourire, qui s’avérait pourtant on ne peut plus sincère. Et c’est dire à quel point ces derniers pouvaient se faire rares chez toi. Alors évidemment, Yong Min pouvait trouver ça bizarre, mais tu avais été loin de t’imaginer une telle réaction. Tu te surprenais même à essayer de voir ce que tu aurais pu dire ou faire de travers pour qu’il réagisse ainsi. Tu te repassais la scène en boucle dans ta tête. Tu avais juste baissé le son, et juste demandé si c’était de ta faute – enfin, surtout celle de la télé, pour le coup – s’il s’était réveillé. Tu fronças les sourcils et toute envie de sourire disparu, surtout quand il te regardait comme il le faisait, sans raison valable. « Aux dernières nouvelles, Yong Min, je n’ai jamais dit que j’étais le centre du monde. » Voilà que sa remarque t’avait irritée, et que ton regard se faisait lui aussi dur, en parfait contraste avec ton humeur précédente. « La prochaine fois, si tu préfères, je ne te demanderai rien du tout et me ficherai complètement de savoir si oui ou non le fait que je regarde la télévision puisse déranger ton précieux sommeil. » Autant tu étais naturellement distant vis-à-vis des autres personnes, te fichant donc bien de ce qu’ils pouvaient penser, autant lorsqu’il s’agissait de Yong Min, tu réagissais au quart de tour. Tu ne lui racontais certes pas tout, omettais de lui parler de nombreuses choses te concernant, mais tu ne pouvais t’empêcher de t’inquiéter pour sa personne et de lui porter une certaine attention. Alors non, tu ne comprenais pas pourquoi il te sortait ça alors que tu ne pensais par là qu’à son bien. Tu ne voulais cependant pas créer une troisième guerre mondiale – parce qu’au vue de vos personnalités, ce n’était pas chose étonnante que de prévoir une dispute de ce genre -  et alors que tu avais éteins la télévision pour retourner de ce pas dans ta chambre, prêt à te relever, Yong Min attrapa ton menton et te fit tourner la tête vers lui. La surprise pouvait se lire dans tes yeux quand la main de ton colocataire rejoint ta joue dans un léger claquement. Plait-il ? Une connerie ? Quelle connerie ? Tu avais juste évoqué dans un élan de possible plaisanterie quelque chose qu’il pensait à peine. Mais à peine eus-tu le temps d’y réfléchir que les lèvres de Yong Min se posèrent contre les tiennes, tes yeux s’écarquillant au fur et à mesure que tu te rendais compte de la situation. Alors, ça, tu ne t’y attendais vraiment pas.

L’espace de quelques secondes, vos lèvres étaient restées collées. Le baiser rompu, tu fixais Yong Min, la bouche entrouverte. Tu étais complètement déboussolé. Il est vrai que malgré la touche d'humour que tu avais essayé de glisser dans tes dires, tu ne l'en aurais jamais pensé capable. Tu réussis même à reconnaître une pointe de vexation dans sa voix, alors que ton cœur se serrait légèrement. Mais à peine eus-tu le temps de répliquer une possible excuse que de nouveau, tu ressentis la pression des lèvres du coréen. Ton cœur rata un battement avant de reprendre de plus belle. Autant dire que c’était la première fois qu’il te mettait dans cet état, et généralement la première fois qu’on te mettait dans cet état-là. Et tu étais loin d’être à l’aise. Tu ne savais pas du tout comment réagir et la seule chose que tu réussis à faire fut de te reculer, ou bien de le repousser, tu ne savais pas exactement quelle avait été ta réaction tant ton esprit était brouillé. Ton cœur battait désormais la chamade alors que tu avais planté ton regard dans celui de ton vis-à-vis. Ce n’était pas tant le baiser en lui-même qui te décontenançait de la sorte – quoi que tu ne réalisais toujours pas réellement ce qu’il venait de se passer – mais le fait que la situation t’échappe autant te nouait légèrement l’estomac. Avec un peu de chance, il ne s’agissait là que d’un rêve qui paraissait on ne peut plus réel, mais un léger pincement sur ton bras réduisit cette hypothèse à néant. Yong Min était peut-être malade ? D’où cette réaction – et action – ? Ta main se posa dès lors sur le front du jeune homme. Tes mains étaient froides, comme elles pouvaient très souvent l’être, et la température de Yong Min te paraissait donc assez élevée. Sans attendre, tu repris la parole. « Tu as de la fièvre, Yong Min ? »





You're my world
That’s the only thing that remains - The moment we faced the edge of despair - Behind the late regrets - Only traces remain like ash - Protect you, don’t ever let me go - Even if the world turns against you - You are my universe universe - I can be your pentagon - You and I.
byfantasy
avatar
Avatar : Yeo Chang Gu
Qui es-tu ? :
Né à Hanari en Février 2035 d'origine anglaise et aikoyangienne, Alexander n'était pas attendu. Il avait un grand frère de 8 ans son ainé, passionné de Chimie. Ses parents ont toujours préféré son grand-frère à lui, l'image même de l'enfant parfait. William (de son prénom), a quant à lui toujours privilégié son petit frère qu'il aimait plus que tout au monde.

A ses 10 ans, alors qu'il revenait de course avec son frère, ce dernier s'est fait tiré dessus par un inconnu. Caché derrière une caisse, il a pu assister à cette scène où plusieurs personnes, qui étaient loin de ressembler à des policiers, avait attrapé le meurtrier de William. Il n'a jamais eu plus d'information au sujet de son frère et de son meurtre.



Alexander s'était renfermé sur lui-même, restant silencieux tout le temps, et ses résultats scolaires ne cessaient de régresser (déjà qu'ils étaient très bas) - ce qui engendra un décrochage scolaire. Le psy qu'il consultait mettait ça sur le choc de la mort de son frère. Seulement, personne ne savait qu'il avait assisté en direct à son meurtre.

C'est pourquoi ses parents avaient ensuite décidé de l'envoyer à Londres, où sa famille maternelle vivait. Mais c'est finalement dans un grand internat très stricte qu'il a fait sa rentrée de fin de 1ère année de collège. (Sa famille maternelle descendant directement d'une grande famille bourgeoise britannique). Alex n'arrivait pas à suivre le rythme, son niveau scolaire était tel qu'il était le dernier de tout l'établissement.

Xander, pressé de quitter cet endroit, passait le peu de son temps libre à rattraper son retard à la bibliothèque, et c'est ainsi qu'il s'est découvert - en tombant sur un livre de physique/chimie - une passion comme William pour toutes ces choses scientifiques. Il a par la suite lu tellement de livre sur le sujet et énormément travaillé, pour pouvoir accomplir le rêve de William à sa place (rentrer dans l'Université de Kyul pour devenir scientifique).



A force de travailler, il avait réussi à remonter dans les premières places. Il a quitté l'internat à ses 14 ans, avec déjà énormément de connaissance en science. On ne peut plus mature, il avait refusé de revoir ses parents, et a décidé de s’installer à Kyul (quand même financé par ses parents.). Il a un jour recroisé le meurtrier de son frère qui semblait ne se rappeler de rien, et a donc fait des recherches sur le pourquoi du comment on pouvait effacer ainsi la mémoire. (pendant 2 ans).

Ce n'est que peu de temps après ses 18 ans qu'on est venu le voir pour le recruter en tant qu'AOA, alors qu'il commençait ses études en Chimie. Il n'a pas pu refuser, lui même à la recherche de la vérité derrière tout ça. Seulement, personne ne sait, sauf Yong Min, qu'il est tout simplement contre tout ça, et que donner une seconde chance aux criminels l'insupporte.

Les fifiches : HistoryRelationShipMobile PhoneJournal des RPS
Messages : 220
Date d'inscription : 03/01/2017
AOA - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Mar 21 Fév - 23:40


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Réveillé par un rêve assez déroutant, tu étais allé dans la salle de bain avant de rejoindre Alexander qui était dans le salon pour regarder la télévision. Simplement, tu lui avais conseillé d’aller se coucher mais cela ne se passa pas comme prévu et vous étiez, désormais, presque en train de vous toiser du regard. Tu ne savais pas pourquoi tu réagissais ainsi, il arrivait que ton comportement t’échappe et à sa remarque comme quoi il n’était pas le centre du monde tu arquas un sourcil.

« Tu ne l’as pas dit implicitement mais tu l’as insinué. »

Après cela, tu ne lui répondis plus mais tu lui mis une tape sur la joue avant de l’embrasser deux fois. Tu ne comprenais pas ce qu’il t’arrivait, tu ne comprenais pas pourquoi tu agissais comme cela surtout que ça risquait de jeter un froid entre vous. Tu t’étais perdu entre la fatigue ainsi que les sentiments et c’est sans comprendre que tu le regardas une fois vos lèvres séparées.
Plutôt qu’il se recule, tu t’étais attendu à ce qu’il te repousse ou plutôt… Tu ne t’étais attendu à rien puisque tu ne savais plus ce que tu faisais, tu étais affreusement perdu et tu ne savais pas si cela était dû à ton rêve ou tout simplement à Alexander si ce n’était les deux. Sans rien dire, sans rien montrer de plus qu’un visage ainsi qu’un regard sérieux, tu regardas ton colocataire qui avait posé une main sur ton front, sa question te fit juste hausser un sourcil. Au fond, tu étais réellement déstabilisé par ce baiser mais aussi par ce toucher mais tu avais appris à intérioriser ce genre de sentiments. Même à lui, tu ne faisais pas part de tes faiblesses.

« Si j’ai de la température, que quelqu’un appelle le docteur si tu ne veux pas me soigner… »

C’était plus fort que toi, tu étais froid sans le vouloir et en constatant cela un soupir quitta tes lèvres. Tu posas, ensuite, tes mains sur le dossier du canapé puis tu te relevas avant de reposer ton regard sur ton camarade, esquissant un sourire fébrile. Il était devenu comme une faiblesse, celui auquel tu t’accrochais et tu essayais toujours de faire au mieux pour ne pas le perdre mais une certaine carapace venait toujours te rattraper, te faisant agir de façon assez idiote mais aussi irréfléchie.

« Je suis juste fatigué Xander, c’est rien de grave. Je vais aller me recoucher, tu devrais faire la même chose si tu veux mon avis… Enfin bon tu fais ce que tu veux après, personnellement je vais me recoucher si t’as besoin tu sais où me trouver. Bonne nuit, dis-tu d’une voix plus douce. »

Après avoir esquissé un dernier sourire et lui avoir ébouriffé les cheveux, tu te dirigeas vers ta chambre et te glissas dans ton lit sans prendre la peine de fermer la porte. Inconsciemment, tu portas tes doigts à tes lèvres en repensant aux baisers, à ce bref contact entre vos lèvres et tu te tapas le front et te traitant mentalement d’idiot. Un nouveau soupir quitta ta bouche alors que tu fermais les yeux et, sans te demander ton avis, le sommeil s’empara de toi. Tu commenças à t’endormir.



Can you feel it?
La solitude, la peur te sont bien connus mais aujourd'hui c'est à ses côtés que tu marches. C'est à ses côtés que tu aperçois un semblant de bonheur  ▬ ©bat'phanie.
avatar
Avatar : Yang Hong Seok
Les fifiches : My StoryLiensJournal rpCellphone
Messages : 245
Date d'inscription : 03/01/2017
Memoria - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander Sam 25 Fév - 19:33


Can you feel the desire during a spleepless night ?


Il t'avait embrassé deux fois de suite et tu n'avais pas su comment réagir, pris de court. Seul tes yeux pouvaient traduire ta surprise. Tu t'étais posé plusieurs questions, et avait fini par en conclure que Yong Min était peut-être fiévreux pour avoir agi comme ça ? Ta main s'était alors posé sur son front, questionnant ton vis-à-vis sur son état. Tu ne pris pas la peine de répondre à ses propos, fixant Yong Min dans les yeux. A ce que tu saches, si tu n'avais pas fait d'études en médecine ce n'était pas pour jouer au docteur amateur. Il s'était alors redressé, avant d'ébouriffer tes cheveux. Un inaudible "bonne nuit" quitta tes lèvres alors que Yong Min avait déjà rejoint sa chambre.

Ton colocataire parti, tu étais resté quelques instant assis à réfléchir, dans le silence que proposait désormais le salon, à ce qu’il venait de se passer. La fatigue t’empêchait de penser correctement et tu finis par arrêter de te torturer l’esprit avec tous ces questionnements incessants, secouant rapidement ta tête pour faire fuir ce à quoi tu ne voulais plus penser. Tu étais loin de désirer une migraine et comptais finir ta nuit dans le calme, si possible. Tu avais suivi du regard ton colocataire, et ta tête était restée tournée vers la porte de sa chambre qu’il avait laissé faiblement ouverte – ou plus certainement qu’il avait oublié de fermer derrière lui. Tu soupiras un bon coup en passant une main dans tes cheveux. Il était retourné se coucher, finalement, et tu ne pouvais te retenir de repenser à la température que tu avais prise de son front. Evidemment que la principale raison de cette possible fièvre n’était due qu’à la température de ta propre main. Yong Min aurait pu avoir une température tout à fait normale que la différence entre son front et ta main serait tout de même importante, faussant tous les résultats possibles. Mais tu ne t’en rendais pas compte.
 
Tu avais quitté le canapé pour rejoindre, pensif et silencieux, la cuisine, attrapant un verre que tu remplis à moitié d’eau. Tu déposas ce dernier sur la table, un court instant, juste le temps d’aller fouiller les tiroirs de la salle de bain à la recherche d’un cachet contre la fièvre. Tu avais beau vivre ici depuis un bon bout de temps maintenant, il s’agissait là de choses dont tu n’avais jamais eu besoin. Mais tu étais persuadé, qu’un jour, ton ami était revenu de courses, t’indiquant tout une liste d’achats qu’il avait pu faire, dont plusieurs pour remplir le placard que tu pensais réservé à tout ce qui pouvait être pharmaceutique. Tu regardas plusieurs boîtes, te questionnant sur l’utilité de certains médicaments, puis tu avais fini par mettre la main sur ce qu’il te fallait, rangeant plus ou moins correctement tout ce que tu avais pu sortir.  

Le cachet en main, tu refis un petit détour par la cuisine pour récupérer le verre d’eau, et te dirigeas ensuite vers la chambre de Yong Min, t’arrêtant juste devant sa porte. Etait-ce vraiment utile de lui ramener tout ça ? En avait-il seulement réellement besoin … ? Ton regard s’était baissé vers tes mains tandis que tu songeais à faire ou non demi-tour pour retourner dans le salon, voire même retourner dans ta propre chambre. Au pire, tu n’avais rien à perdre à déposer ça sur sa table de nuit.

Tu poussas légèrement la porte, la chambre n’étant seulement éclairée par les quelques rayons de lumière qui traversaient le volet. Tu ne savais pas s’il s’était rendormi, mais tu n’entendais pas un seul bruit, si ce n’est le souffle régulier de sa respiration. Tu le savais dans son lit et avais fait quelques pas vers lui, faisant extrêmement attention en contournant ce dernier pour ne pas t’y cogner. Arrivé près de sa table de nuit, tu t’assuras que celle-ci était vide avant d'y déposer le verre d'eau et le cachet. Un bruit attira alors ton attention : Yong Min bougeait. Tu t'accroupis à côté de lui, sachant maintenant parfaitement qu'il était tourné vers toi. Voilà que tu pensais de nouveau à ce qu'il s'était passé précédemment et tu soupiras doucement. « Tu sais quoi, Yong Min...» Lâchas-tu dans un murmure. « Tu as sans doute raison. Je ne te connais pas assez, mais j'apprends de mes erreurs, et je sais dorénavant que je ne dois pas te sous-estimer. Parce qu'en plus...» Un rictus à peine remarquable au coin des lèvres, tu repris la parole. « Je dirai que tu es plutôt utile, je ne pensais pas à aller dormir à cette heure là.» Car tu doutais désormais que ta nuit soit remplie de mauvais rêves. Tout comme tu avais fini par te convaincre que l'échange que vous aviez eu ne signifiait absolument rien – qu'est-ce que cela pourrait signifier, de toute façon, à tes yeux ? - et qu'il s'agissait juste d'une réponse de Yong Min pour te prouver que tu pouvais avoir tort. Tu te relevas et, sans un regard derrière toi, tu sortis de la chambre de ton colocataire que tu entendis grommeler, refermant la porte derrière toi. « Bonne nuit.» Avais-tu chuchoté, rejoignant ensuite ta chambre. Tu pris le temps de finir quelques chapitres de ton roman en cours avant d'aller toi aussi dormir d'un sommeil léger, mais d'un sommeil bien plus calme que tous les autres.  





You're my world
That’s the only thing that remains - The moment we faced the edge of despair - Behind the late regrets - Only traces remain like ash - Protect you, don’t ever let me go - Even if the world turns against you - You are my universe universe - I can be your pentagon - You and I.
byfantasy
avatar
Avatar : Yeo Chang Gu
Qui es-tu ? :
Né à Hanari en Février 2035 d'origine anglaise et aikoyangienne, Alexander n'était pas attendu. Il avait un grand frère de 8 ans son ainé, passionné de Chimie. Ses parents ont toujours préféré son grand-frère à lui, l'image même de l'enfant parfait. William (de son prénom), a quant à lui toujours privilégié son petit frère qu'il aimait plus que tout au monde.

A ses 10 ans, alors qu'il revenait de course avec son frère, ce dernier s'est fait tiré dessus par un inconnu. Caché derrière une caisse, il a pu assister à cette scène où plusieurs personnes, qui étaient loin de ressembler à des policiers, avait attrapé le meurtrier de William. Il n'a jamais eu plus d'information au sujet de son frère et de son meurtre.



Alexander s'était renfermé sur lui-même, restant silencieux tout le temps, et ses résultats scolaires ne cessaient de régresser (déjà qu'ils étaient très bas) - ce qui engendra un décrochage scolaire. Le psy qu'il consultait mettait ça sur le choc de la mort de son frère. Seulement, personne ne savait qu'il avait assisté en direct à son meurtre.

C'est pourquoi ses parents avaient ensuite décidé de l'envoyer à Londres, où sa famille maternelle vivait. Mais c'est finalement dans un grand internat très stricte qu'il a fait sa rentrée de fin de 1ère année de collège. (Sa famille maternelle descendant directement d'une grande famille bourgeoise britannique). Alex n'arrivait pas à suivre le rythme, son niveau scolaire était tel qu'il était le dernier de tout l'établissement.

Xander, pressé de quitter cet endroit, passait le peu de son temps libre à rattraper son retard à la bibliothèque, et c'est ainsi qu'il s'est découvert - en tombant sur un livre de physique/chimie - une passion comme William pour toutes ces choses scientifiques. Il a par la suite lu tellement de livre sur le sujet et énormément travaillé, pour pouvoir accomplir le rêve de William à sa place (rentrer dans l'Université de Kyul pour devenir scientifique).



A force de travailler, il avait réussi à remonter dans les premières places. Il a quitté l'internat à ses 14 ans, avec déjà énormément de connaissance en science. On ne peut plus mature, il avait refusé de revoir ses parents, et a décidé de s’installer à Kyul (quand même financé par ses parents.). Il a un jour recroisé le meurtrier de son frère qui semblait ne se rappeler de rien, et a donc fait des recherches sur le pourquoi du comment on pouvait effacer ainsi la mémoire. (pendant 2 ans).

Ce n'est que peu de temps après ses 18 ans qu'on est venu le voir pour le recruter en tant qu'AOA, alors qu'il commençait ses études en Chimie. Il n'a pas pu refuser, lui même à la recherche de la vérité derrière tout ça. Seulement, personne ne sait, sauf Yong Min, qu'il est tout simplement contre tout ça, et que donner une seconde chance aux criminels l'insupporte.

Les fifiches : HistoryRelationShipMobile PhoneJournal des RPS
Messages : 220
Date d'inscription : 03/01/2017
AOA - Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Can you feel the desire during a spleepless night ? || Ft. YonXander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember You ... :: Rps terminés-